Tchad : le président Déby à Paris pour une visite de travail

Le président tchadien Idriss Déby Itno, le 28 juillet 2012.
© AFP PHOTO / STR

Le président tchadien Idriss Déby est à Paris pour une visite de trois jours. Il sera reçu par son homologue François Hollande à l'Elysée ce mercredi 5 décembre. Excepté une conversation téléphonique au mois de juillet, il s'agira du premier entretien entre les deux chefs d'Etat. Au programme des discussions : la situation dans le nord du Mali, l'instabilité dans l'est de la République démocratique du Congo, qui inquiète le Tchad, mais aussi certains dossiers de politique intérieure qui ont pu jouer un rôle dans le report de la visite d'Idriss Déby en France.

Paris avait reporté un premier entretien à l'Elysée prévu le 8 octobre, invoquant un emploi du temps surchargé. Cela avait froissé Ndjamena « d'habitude on reporte pour des motifs graves, mais les choses sont rentrées dans l'ordre depuis », dit-on dans l'entourage du président tchadien.

Paris tient à ce que la lumière soit faite sur l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh, enlevé par des soldats tchadiens en février 2008, et porté disparu depuis. Ndjamena fait valoir qu'elle a réuni, depuis le rendez-vous reporté, le comité de suivi international sur ce dossier, que suivent avec attention le président français et plusieurs parlementaires socialistes. François Hollande devrait le rappeler à son hôte aujourd'hui.

Les deux hommes parleront aussi du Mali, Idriss Déby a assuré, avant de s'envoler pour Paris, que les Maliens pourraient compter sur le Tchad.

Dans l'entourage de Déby, on rappelle néanmoins que les forces tchadiennes sont déjà mobilisées pour défendre leurs frontières. Paris ne souhaite exercer de pression sur quiconque, mais « plus il y aura de pays africains mieux ce sera », indique l'entourage de Hollande. Ndjamena souffle le chaud et le froid quand on l'interroge sur sa participation à une éventuelle intervention militaire au nord du Mali. Un pays qui compte aux yeux de Ndjamena, « mais les investissements français au Tchad aussi », insiste un diplomate tchadien.

Le dossier Ibni

Le sénateur socialiste, Gaëtan Gorce, qui se bat depuis quatre ans pour que la lumière soit faite sur le sort de l'opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh et qui est notamment à l'origine du report de la visite prévue initialement en octobre du président Déby à Paris revient sur l'état d'avancement du dossier depuis le mois d'octobre.

J'ai le sentiment que les choses ont avancé, mais je n'ai pas la certitude (...) Si elles n'évoluent pas par une relation normale entre deux gouvernement qui coopèrent, alors peut-être faudra-t-il faire appel à la justice internationale dans cette affaire qui comporte beaucoup d'éléments troubles.

Gaëtan Gorce
05-12-2012 - Par Olivier Rogez

Par ailleurs, le groupe rebelle des frères Erdimi profite de ce déplacement du chef de l'Etat tchadien pour demander un dialogue national inclusif, et s'engage à renoncer à la lutte armées si des mesures étaient adoptées pour initier ce dialogue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.