Republier
Guinée EN BREF

L'armée est entrée dans la ville de Guéckédou, en Guinée forestière

Des manifestants obtiennent le remplacement des préfets dans les villes guinéennes de Fria et Dubréka.
© Latifa Mouaoued/RFI

Guéckédou, la grande ville de Guinée forestière, est en proie à des troubles depuis trois jours. Mercredi 12 décembre, l'armée est entrée dans la ville, provoquant la panique. La veille, des heurts entre manifestants opposés avaient fait au moins deux morts et des dizaines de blessés. Une partie de la population accuse le préfet Boukary Keita de faire du prosélytisme en faveur du parti au pouvoir, le RPG d'Alpha Condé.

Le préfet aurait notamment sollicité des fonds pour financer les mouvement de soutien au Rassemblement du peuple de Guinée (RPG). C'est ce qu'affirme notamment l'ancien Premier ministre Jean Marie Doré, l'une des personnalités de la région.

 

Quand on dit que c'est une affaire qui oppose les Kissi et les Malinké, ce n'est pas vrai du tout. La population demande le départ du préfet parce que son comportement est aux antipodes du comportement d'un administrateur qui représente la République. Si le préfet, au nom d'une entité politique, impose l'adhésion à ce parti, je crois qu'il sort de son rôle de représentant de la République. (...) Je me demande même si le préfet a un mandat de ce parti. J'ose croire que non

Jean-Marie Doré
13-12-2012 - Par Olivier Rogez

Du côté du gouvernement, on déplore que certains manifestants aient choisi la voie de la contestation violente pour se faire entendre. Mais on assure aussi qu'une enquête est en cours pour déterminer la responsabilité des autorités préfectorales dans les troubles qui agitent Guéckédou.

Nous avons appris un certain nombre d'éléments qui pourraient laisser penser que le préfet a outrepassé. Bien entendu, le ministre de l'Administration du territoire dont le préfet dépend ne peut pas prendre une décision sans être allé au bout de l'investigation qu'il est en train de mener. Je pense qu'après cette étape-là, des décisions s'imposeront

Albert Damatang Camara
13-12-2012 - Par Olivier Rogez

 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.