Comment les Belges ont fait disparaître Lumumba - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Si loin si proche

 

  1. 14:33 TU Si loin si proche
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Sessions d'information
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Sessions d'information
  10. 16:40 TU Afrique presse
  11. 17:00 TU Journal
  12. 17:10 TU Sessions d'information
  13. 17:30 TU Journal
  14. 17:33 TU Sessions d'information
  15. 17:40 TU Orient hebdo
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  18. 18:30 TU Journal
  19. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:30 TU Journal
  22. 22:00 TU Journal
  23. 22:10 TU Archives d'Afrique
  24. 22:30 TU Journal
  25. 22:40 TU Archives d'Afrique
  1. 14:33 TU Atelier des médias
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Si loin si proche
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Si loin si proche
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Archives d'Afrique
  17. 18:30 TU Journal
  18. 18:40 TU Archives d'Afrique
  19. 22:00 TU Journal
  20. 22:10 TU Archives d'Afrique
  21. 22:30 TU Journal
  22. 22:40 TU Archives d'Afrique
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  25. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Belgique RDC

Comment les Belges ont fait disparaître Lumumba

media

Va-t-on vers un procès des assassins de Patrice Lumumba ? La justice belge se dit compétente pour enquêter sur la mort du père de l'indépendance du Congo Kinshasa. C'était il y a plus de 50 ans, le 17 janvier 1961. Mais qui peut encore être jugé ? En l'an 2000, le sociologue belge Ludo de Witte a publié chez Karthala L'assassinat de Lumumba.

L'affaire Lumumba sera le thème de notre émission Appels sur l'actualité, présentée par Juan Gomez, lundi 17 décembre 2012, à partir de 9h10 sur l'antenne Afrique et 10h10 sur l'antenne Monde (heures de Paris)

Vous écrivez : « La nuit est froide. Ce 17 janvier 1961 au Katanga, un commissaire de police belge prend Lumumba par le bras et le mène jusque devant un grand arbre. Un peloton d’exécution fort de quatre hommes se tient en attente, alors qu’une vingtaine de soldats, de policiers, d’officiers belges et de ministres katangais regardent en silence. Un capitaine belge donne l’ordre de tirer, et une salve énorme fauche Lumumba ». Ce sont donc des Belges qui ont tué Lumumba ?

De facto, dans l’administration, dans l’armée, dans l’économie katangaise, c’était tous des Belges qui commandaient. Et donc, formellement, il y avait un président, Moïse Tshombe. Et de facto, le commandant en chef de l’armée katangaise était un officier belge, qui pour cela, était formellement mandaté par le gouvernement belge. Et donc, ce sont ces officiers qui commandaient des soldats katangais, qui ont, plusieurs heures, frappé, torturé Lumumba et deux autres dirigeants nationalistes du Congo, et finalement, ils l'ont exécutés.

Et ce sont aussi des Belges qui ont fait disparaître son corps ?

Oui, exact. Il y a deux frères, les deux frères Soete, dont le plus important était un commissaire de police. Vous voyez, ils ont détruit les corps, ils les ont coupés en morceaux et les ont fait disparaître dans un fut rempli d’acide sulfurique.

Alors six mois avant sa mort, le 30 juin 1960, jour de l’indépendance, Patrice Lumumba est Premier ministre. Mais dès le mois de septembre, le chef d’état-major, Joseph Désiré Mobutu prend le pouvoir à Kinshasa et fait arrêter Lumumba. Quand Mobutu décide d’envoyer Lumumba au Katanga, est-ce qu’il sait qu’il l’envoie à la boucherie ?

On le savait très bien, parce que le contexte dans lequel on a pris la décision était un contexte de panique généralisée. Lumumba était enfermé dans une cellule dans la capitale. Mais les partisans de Lumumba étaient en train de reconquérir le pays, les armes à la main, à partir de l’est du Congo. Et même dans la garnison où on avait mis en prison Lumumba, il y avait une mutinerie qui avait éclaté. Et donc, on craignait la libération de Lumumba et son retour au pouvoir à n’importe quel moment.

Les Belges, les Américains et Mobutu savaient très bien qu’un envoi de Lumumba au Katanga signifiait sa mort, parce que les dirigeants au Katanga voulaient en finir avec lui. Et donc, on ne voulait pas que Lumumba soit assassiné dans la capitale où il était gardé, parce que : un, on craignait fort que l’assassinat, là, allait provoquer une mutinerie généralisée, dans et autour de la capitale, et que ça allait balayer le régime pro-occidental qu’on avait mis en place autour de Mobutu et autour du président Kasa-Vubu.

Et la deuxième raison était que le président Kasa-Vubu avait pris partie contre Lumumba et pour l’Occident, et on ne voulait pas que le sang de Lumumba aille tacher les mains de Kasa-Vubu, parce que Kasa-Vubu avait une certaine légitimité démocratique dans les instances internationales, comme les Nations unies. Et donc, c’est pour ça qu’on l’a envoyé au Katanga, sachant qu’il allait être tué là-bas. Et donc, comme ça, ils avaient trouvé un sous-traitant qui faisait le sale boulot.

A l’époque, le Premier ministre belge est Gaston Eyskens. Est-ce qu’il y a un conseil de défense, un conseil secret à Bruxelles, au cours duquel il consulte les autres ministres et donne l’ordre formel d’éliminer Lumumba ?

Non, pas Eyskens, mais le ministre des Affaires africaines de la Belgique. Il faut savoir que les têtes pensantes au Katanga, donc les Belges, ne voulaient pas accepter Lumumba, parce qu'ils savaient qu’ils devaient forcément l’éliminer. Et donc les Belges au Katanga disaient "non, on ne veut pas". Alors ce qu’on a, c’est un télex du ministre belge des Affaires africaines, qui a ordonné aux Belges et aux Katangais d’accepter Lumumba.

A cette époque, le président des Etats-Unis est le général Eisenhower. Mais John Kennedy vient d’être élu et va prêter serment quelques jours plus tard. Est-ce qu'Eisenhower est au courant ? Est-ce qu’il donne un ordre formel ? Est-ce qu’il en prévient Kennedy ?

Non. Sur toutes les archives qu’on a vues, les Américains avaient, à un certain moment, envoyé un tueur professionnel de la CIA pour éliminer Lumumba. Mais dès que Lumumba a été mis en prison, les Américains ont retiré leur tueur professionnel. Et donc, on sait que la CIA était au courant. Mais dans le transfert et dans les dernières heures où Lumumba était encore vivant sur le sol du Katanga, il n’y avait aucune implication américaine. Tout était entre les mains des Belges.

Aujourd’hui, l’agence Belga de Bruxelles affirme que huit responsables belges de cet assassinat sont encore en vie et pourraient être poursuivis. Est-ce que vous confirmez ?

Oui, c’est exact. Il y a un peu plus d’un an, au moment où on a introduit la plainte, il y avait sur la liste, je crois, onze ou douze Belges qu’on a incorporés dans la liste pour être poursuivis pour assassinat de Lumumba. Donc, je crois qu'effectivement, aujourd’hui, il y a encore peut-être huit ou dix qui vivent encore, oui.

On parle d’un homme d’affaires qui était en 1960 un jeune diplomate. On parle aussi d’un ancien conseiller des sécessionistes katangais ?

Oui, oui. Il y a beaucoup de noms qui circulent. Il y a un juge de la paix, ici en Belgique, qui serait aussi sur la liste. Mais moi, je ne peux pas officiellement confirmer qui est sur la liste. C’est quelque chose que je laisse à la famille et aux avocats.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.