Mali : le lieu du pouvoir, Bamako ou Kati? - Afrique - RFI

 

  1. 16:40 TU Accents d'Europe
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU Mardi politique
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU Mardi politique
  6. 17:52 TU Sessions d'information
  7. 18:00 TU Journal
  8. 18:10 TU Grand reportage
  9. 18:30 TU Sessions d'information
  10. 19:00 TU Journal
  11. 19:10 TU La bande passante
  12. 19:30 TU Journal
  13. 19:40 TU La bande passante
  14. 20:00 TU Journal
  15. 20:10 TU Couleurs tropicales
  16. 20:30 TU Journal
  17. 20:33 TU Couleurs tropicales
  18. 21:00 TU Journal
  19. 21:10 TU Accents d'Europe
  20. 21:30 TU Journal
  21. 21:33 TU Danse des mots
  22. 22:00 TU Sessions d'information
  23. 22:30 TU Sessions d'information
  24. 23:00 TU Journal
  25. 23:10 TU Autour de la question
  1. 16:40 TU Accents d'Europe
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU La bande passante
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU Sessions d'information
  6. 17:40 TU La bande passante
  7. 18:00 TU Journal
  8. 18:10 TU Grand reportage
  9. 18:30 TU Sessions d'information
  10. 19:00 TU Journal
  11. 19:10 TU Mardi politique
  12. 19:30 TU Journal
  13. 19:40 TU Mardi politique
  14. 20:00 TU Journal
  15. 20:10 TU Couleurs tropicales
  16. 20:30 TU Journal
  17. 20:33 TU Couleurs tropicales
  18. 21:00 TU Journal
  19. 21:10 TU Radio foot internationale
  20. 21:30 TU Journal
  21. 21:33 TU Radio foot internationale
  22. 22:00 TU Sessions d'information
  23. 22:30 TU Sessions d'information
  24. 23:00 TU Journal
  25. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !

Dernières infos

fermer

Afrique

Amadou Haya Sanogo Cheick Modibo Diarra Diango Cissoko Dioncounda Traoré Mali

Mali : le lieu du pouvoir, Bamako ou Kati?

media

Le nouveau Premier ministre malien Diango Cissoko a assuré le 13 décembre qu'un gouvernement d'union serait « opérationnel » dès la semaine prochaine, lors de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur Cheick Modibo Diarra. Mais où se trouve aujourd'hui le vrai pouvoir au Mali? Apparemment pas à Bamako mais plutôt à Kati, au quartier général des militaires putschistes. L'éviction de l'ex-Premier ministre Cheick Modibo Diarra en est une preuve supplémentaire. Reportage à Kati, où s'est rendue notre envoyée spéciale.

Avec notre envoyée spéciale,

« Aucune famille à Kati ne peut dire qu’elle n’a pas un fils dans l’un de ces corps de l'armée, soit il est garde, soit il est policier, gendarme ou militaire. Kati est une ville de soldats », dit un jeune habitant de Kati.

Kati est une ville de soldats et ça se voit. Militaires à pied, à moto, à l’ombre d’un char, aux alentours de la garnison. L’ambiance demeure pourtant détendue. Les civils vaquent à leurs occupations et semblent assez fier de leur armée. « Moi, dit un autre, je suis fier de notre armée, de ceux qui ont renversé Amadou Toumani Touré. Cela fait du bien. Certains disent qu’il faut aider le président Diocounda. Moi je dis que les militaires le jettent pour que l’on s’en sorte ensemble de cette crise ».

A la question de savoir qui détient actuellement le vrai pouvoir au Mali,  le président de la transition ou bien le capitaine Sanogo, les avis divergent. Mais certains ne craignent pas de dire tout haut ce qu’ils pensent : « Avec Sanogo qui prend les décisions, tout le monde pense que le vrai pouvoir est ici à Kati. On s’inquiète, on se sent en danger à Kati, parce que toutes les forces ne sont pas stables. On peut penser que tout est possible. »

Quant à l’avenir, le capitaine Sanogo pourrait-il être tenté par une candidature à la présidentielle ? Les réponses se font plus évasives, même si certains, discrètement avouent facilement imaginer le scénario. Un scénario déjà connu au Mali.

Alors que la démission du Premier ministre démontre selon certains que le vrai pouvoir est toujours à Kati, au siège de l’ex-junte, une question se fait jour : le capitaine Sanogo, président du Comité militaire des forces de sécurité et de défense, pourrait-il être tenté de se présenter à l’élection présidentielle? La réponse de Bakary Mariko, porte-parole du CMFSM :

Le capitaine Sanogo n'a qu'une seule ambition pour le moment : défendre l'intégrité territoriale du Mali. Et après cette mission, si le peuple malien décide de lui confier une autre, il répondra présent (...) Il s'est engagé pour défendre le Mali et il le fera jusqu'au bout.
Bakary Mariko Porte-parole du CMFSM 11/10/2013 - par Christine Muratet écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.