Ebauche de négociations à Kampala entre le gouvernement congolais et le M23 - Afrique - RFI

 

  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Accents d'Europe
  4. 23:30 TU Journal
  5. 23:33 TU Danse des mots
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Accents d'Europe
  9. 23:30 TU Journal
  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  4. 23:30 TU Journal
Urgent

■ Edition spéciale sur les antennes de RFI vendredi 31 octobre entre 6h30 TU et 8h TU.
■ Le vote sur l'article 37 de la Constitution a été annulé.
■ L’aéroport de Ouagadougou est fermé. Tous les vols au départ ou à l’arrivée de la capitale bukinabè sont suspendus.
■ L'armée a annoncé la dissolution de l'Assemblée, l'instauration d'un couvre-feu et la mise en place d'une équipe de transition à la tête du pays.
■ Malgré les demandes pressantes de la rue, Blaise Compaoré assure qu'il ira jusqu'au bout de son mandat mais appelle à la formation d'un gouvernement de transition. Il suspend l'état de siège dans le pays.
■ Numéro burkinabè spécial pour les ressortissants français : 50.49.66.20.

fermer

Afrique

M23 Ouganda RDC

Ebauche de négociations à Kampala entre le gouvernement congolais et le M23

media

A Kampala, on peut dire que les négociations commencent enfin entre Kinshasa et le M23. Il était temps, puisque le dialogue était prévu de se terminer aujourd’hui. Il a donc été prolongé jusqu’au 31 décembre. Il n’y aura pas de Noël pour les négociateurs. Ce lundi 17 décembre, les deux belligérants ont commencé à établir l’ordre du jour et le règlement intérieur.

Avec notre correspondant à Kinshasa

Les discussions ont lieu à la fois sur l’ordre du jour et le règlement intérieur. L’ordre du jour stipulera deux points : l’évaluation des accords du 23 mars signés en 2009 avec la rébellion du CNDP ; et le deuxième point est intitulé « Ensemble des éléments relatifs à la sécurité et à la gestion socio-économique du pays ».

La médiation ougandaise propose au gouvernement d’accepter ce deuxième point voulu mordicus par les rebelles, en échange d’un règlement disant que toute solution adoptée devra respecter la Constitution.

Lundi, on en était à discuter de savoir s’il fallait respecter la Constitution ou « les principes » de la Constitution. La nuance a son importance. Parfois, la discussion s’emballe, avec le gouvernement accusant le M23 d’avoir déjà violé la Constitution en prenant les armes, ce à quoi le M23 rétorque que c’est de façon permanente que le gouvernement viole la Constitution.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.