RCA: l'armée tchadienne en renfort des troupes centrafricaines face à la rébellion - Afrique - RFI

 

  1. 20:33 TU La bande passante
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Couleurs tropicales
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Couleurs tropicales
  6. 22:00 TU Sessions d'information
  7. 22:30 TU Sessions d'information
  8. 23:00 TU Journal
  9. 23:10 TU Accents d'Europe
  10. 23:30 TU Journal
  11. 23:33 TU Danse des mots
  12. 20:33 TU Musiques du monde
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Musiques du monde
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Musiques du monde
  17. 22:00 TU Journal
  18. 22:10 TU Archives d'Afrique
  19. 22:30 TU Journal
  20. 22:40 TU Archives d'Afrique
  21. 23:00 TU Journal
  22. 23:10 TU Si loin si proche
  23. 23:30 TU Journal
  1. 20:33 TU La bande passante
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Radio foot internationale
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Radio foot internationale
  6. 22:00 TU Sessions d'information
  7. 22:30 TU Sessions d'information
  8. 23:00 TU Journal
  9. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  10. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Les antennes de RFI consacreront à nouveau une édition spéciale à la situation au Burkina Faso samedi 1er novembre entre 6h TU et 8h TU.

Dernières infos

fermer

Afrique

François Bozizé République centrafricaine Tchad

RCA: l'armée tchadienne en renfort des troupes centrafricaines face à la rébellion

media

Après plusieurs années d'accalmie, la République centrafricaine replonge dans la violence. Les rebelles ont pris ce mardi 18 décembre dans la matinée la ville de Bria. Ces rebelles, désormais regroupés en coalition, la coalition « Séléka », avaient déjà attaqué Ndélé la semaine dernière. Face à la rébellion, le président François Bozizé a fait appel au Tchad, qui a envoyé ce mardi son armée prêter main forte aux forces centrafricaines.

On ne sait pour quelle raison une armée étrangère peut intervenir sur une affaire nationale.
Colonel Narkoyo, porte-parole de l'UFDR, un des mouvements de l'alliance "Séléka" 11/10/2013 - par Laurent Correau écouter

Des troupes tchadiennes sont bel et bien venues renforcer les forces armées centrafricaines pour faire face à l'avancée rebelle. L'information est confirmée par des sources diplomatiques et militaires. Une vingtaine de véhicules tchadiens ont également été vus par des habitants à Kaga Bandoro, dans le Nord, en train de rouler vers les localités prises par la rébellion. « J'ai vu la population les applaudir sur leur passage », explique un de ces témoins, joint par RFI.

L'armée tchadienne va-t-elle réussir à renverser la situation en Centrafrique ? L'objectif affiché par les militaires centrafricains en tout cas est clair. Selon une source militaire, ces éléments tchadiens, « ont pour mission de renforcer les FACA, les forces armées centrafricaines dans la contre-attaque pour reconquérir les villes tombées aux mains des rebelles ».

« Tel que c'est parti, seule une intervention étrangère peut sauver le régime », a estimé pour sa part un officier supérieur interrogé par l'Agence France-Presse. Il faut dire qu'en huit jours, les rebelles centrafricains ont réussi à progresser sans grande difficulté vers le centre du pays, entrant dans les localités de Ndélé, Sam Ouandja, Ouadda, Bamingui ou encore Bria. A Bria, les FACA ont ouvert le feu sur les nouveaux venus, puis ont abandonné la base, pour fuir vers Bambari qui disposait d'un détachement militaire plus important.

Ce n'est pas la premeire fois que le Tchad vole au secours du régime centrafricain. D'ailleurs, en 2003, c'est avec l'appui des Tchadiens que le general Bozizé a pris le pouvoir à Bangui. Depuis cette date et jusqu'au mois d'octobre dernier, le numéro un centrafricain a béneficié d'une garde rapprochée tchadienne; un commando blindé chargé de le protéger.

Fin 2010, ce sont encore les forces tchadiennes qui interviennent à Birao, capitale du nord de la Centrafrique, pour chasser les rebelles de la CPJP. Le scénario s'est reproduit une nouvelle fois hier matin lorsque plusieurs dizaines de pick-ups tchadiens ont pris la direction de Kaga-Bandoro et de Sibut, un axe nord-sud stratégique pour protéger la capitale.

Depuis huit jours, la Séléka, l'alliance rebelle partie de Ndélé, tout au nord, a progressé rapidement jusqu'à Bria, ville minière du centre du pays, sans que les forces armées centrafricaines ne puissent opposer une quelconque résistance .

L'intervention de N'Djamena va probablement figer la sitaution sur le terrain militaire, mais peut-être pas sur le terrain politique. Il y a quelques mois, le président Déby en visite à Bangui rencontrait Francois Bozizé et les leaders de l'opposition, et recommandait l'ouverture d'un dialogue. Appelé une nouvelle fois au secours, le précieux voisin tchadien pourrait décider de ne pas s'éterniser en Centrafrique Francois Bozizé pourra-t-il alors faire l'économie de négociations politiques sérieuses ?

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.