RCA : les rebelles de la coalition Séléka suspendent leurs opérations militaires - Afrique - RFI

 

  1. 16:00 TU Journal
  2. 16:10 TU Sessions d'information
  3. 16:30 TU Journal
  4. 16:33 TU Sessions d'information
  5. 16:40 TU Afrique presse
  6. 17:00 TU Journal
  7. 17:10 TU Sessions d'information
  8. 17:30 TU Journal
  9. 17:33 TU Sessions d'information
  10. 17:40 TU Orient hebdo
  11. 18:00 TU Journal
  12. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  13. 18:30 TU Journal
  14. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  15. 19:00 TU Journal
  16. 19:10 TU Musiques du monde
  17. 19:30 TU Journal
  18. 19:33 TU Musiques du monde
  19. 20:00 TU Journal
  20. 20:10 TU Musiques du monde
  21. 20:30 TU Journal
  22. 20:33 TU Musiques du monde
  23. 21:00 TU Journal
  24. 21:10 TU Si loin si proche
  25. 21:30 TU Journal
  1. 16:00 TU Journal
  2. 16:10 TU Si loin si proche
  3. 16:30 TU Journal
  4. 16:33 TU Si loin si proche
  5. 17:00 TU Journal
  6. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 17:30 TU Journal
  8. 17:33 TU Sessions d'information
  9. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  10. 20:00 TU Journal
  11. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  12. 20:30 TU Journal
  13. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  14. 21:00 TU Journal
  15. 21:10 TU Orient hebdo
  16. 21:30 TU Journal
  17. 21:33 TU Le club RFI
  18. 22:00 TU Journal
  19. 22:10 TU Archives d'Afrique
  20. 22:30 TU Journal
  21. 22:40 TU Archives d'Afrique
  22. 23:00 TU Journal
  23. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  24. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

François Bozizé Idriss Déby Itno République centrafricaine Tchad

RCA : les rebelles de la coalition Séléka suspendent leurs opérations militaires

media

Les rebelles de la coalition Séléka, qui mènent actuellement une offensive en République centrafricaine, ont pris ce jeudi 20 décembre la localité de Batangafo, à 300 kilomètres au nord de Bangui, la capitale. Les Forces armées centrafricaines (FACA), elles, annoncent avoir repris Kabo, ville située à 60 kilomètres de Batangafo. Les rebelles démentent, mais interrompent néanmoins leurs opérations.

Le fait le plus saillant de cette journée de jeudi concerne l'annonce des rebelles, qui suspendent leurs opérations à la veille du sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC). C'est ce qu'ils affirment par la voie d'un communiqué signé par Justin Mambissi Matar.

« Suite à la clarification de l'intention du Tchad de ne pas attaquer nos positions, le Séléka CPSK-CPJP-UFDR a accepté d'avoir un premier contact avec les autorités tchadiennes pour ouvrir des pourparlers de paix », écrit ce dernier. Le Tchad est en effet intervenu militairement en RCA ce mardi, s'érigeant en force d'interposition.

Le communiqué précise : « En attendant de voir la concrétisation de cette démarche, la progression de nos troupes a été unilatéralement arrêtée. C'est ainsi que, à ce jour, le Séléka CPSK-CPJP-UFDR garde ses positions, et maintient son influence sur tout le nord-centre-est du territoire national en allant des frontières de Damara aux confins de Birao en passant par Bambari jusqu'à la frontière Centrafricano-tchadienne. »

Confusion sur le terrain

Plus tôt ce jeudi, « les rebelles ont pris Batangafo vers 11 heures (10 heures TU) et progressaient vers Bouca », à 280 km au nord de Bangui, a indiqué à l'Agence France-Presse une source de la gendarmerie de Bouca. Sur le terrain, une grande confusion entoure en revanche la localité de Kabo.

L'armée régulière affirme avoir repris Kabo, tombée la veille au terme de « violents combats », selon une source militaire centrafricaine, toujours citée par l'AFP. « Les FACA se sont reconstituées sans renforts et ont lancé une contre-offensive. Les combats ont été particulièrement violents. L'armée a finalement pris le dessus et a repris le contrôle de toute la ville, obligeant le rebelles à battre en retraite », relate cette même source. Joint par RFI, un porte-parole rebelle dément pourtant cette reconquête.

Pas de négociations ce vendredi

Sur le plan diplomatique, contrairement à ce qu'annonçaient certains médias, aucune négociation n’est prévue entre les rebelles et les autorités de RCA ce vendredi à Ndjamena, la capitale du Tchad. Seulement le sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), à l'invitation d'Idriss Déby.

Néanmoins, le gouvernement tchadien est prêt à accueillir dans les jours qui viennent les belligérants autour de la table de négociations. Ce que confirme le ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla, sur RFI.

Nous avons été sollicités par les belligérants et nous sommes prêts à les accueillir...
Hassan Sylla Ministre tchadien de la Communication et porte-parole du gouvernement 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

Le Conseil de sécurité de l’ONU a invité les insurgés à cesser les hostilités. Qu'ils « se retirent des villes qu'ils ont prises et cessent leur progression » vers Bangui, demande le Conseil, tout en appelant à un dialogue politique. Les rebelles ont repris les armes le 10 décembre dernier, pour réclamer notamment l'application d'accords de paix signés en 2007.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.