L'association Sherpa se retire des accords passés avec Areva sur le nucléaire au Gabon et au Niger - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Journal

 

  1. 08:30 TU Journal
  2. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  3. 09:00 TU Journal
  4. 09:10 TU Priorité santé
  5. 09:30 TU Journal
  6. 09:33 TU Priorité santé
  7. 10:00 TU Journal
  8. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  9. 10:30 TU Journal
  10. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  11. 11:00 TU Journal
  12. 11:15 TU Sessions d'information
  13. 11:30 TU Journal
  14. 11:33 TU Sessions d'information
  15. 12:00 TU Journal
  16. 12:10 TU Sessions d'information
  17. 12:30 TU Journal
  18. 12:33 TU Sessions d'information
  19. 12:40 TU Grand reportage
  20. 13:00 TU Journal
  21. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  22. 13:30 TU Journal
  23. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  24. 14:00 TU Journal
  25. 14:10 TU Autour de la question
  1. 08:30 TU Journal
  2. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  3. 09:00 TU Journal
  4. 09:10 TU Priorité santé
  5. 09:30 TU Journal
  6. 09:33 TU Priorité santé
  7. 10:00 TU Journal
  8. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  9. 10:30 TU Journal
  10. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  11. 11:00 TU Journal
  12. 11:15 TU Sessions d'information
  13. 11:30 TU Journal
  14. 11:33 TU Sessions d'information
  15. 12:00 TU Journal
  16. 12:10 TU Grand reportage
  17. 12:30 TU Sessions d'information
  18. 13:00 TU Journal
  19. 13:10 TU Sessions d'information
  20. 13:30 TU Journal
  21. 13:33 TU Danse des mots
  22. 14:00 TU Journal
  23. 14:10 TU Autour de la question
  24. 14:30 TU Journal
  25. 14:33 TU Autour de la question

Dernières infos

fermer

Afrique

France Gabon Industrie matières premières Niger Nucléaire

L'association Sherpa se retire des accords passés avec Areva sur le nucléaire au Gabon et au Niger

media

L'association de juristes et d'avocats Sherpa, spécialisée dans la lutte contre les crimes économiques, vient d'annoncer qu'elle se retirait des accords qu'elle avait conclus en 2009 avec l'entreprise Areva. Ces accords devaient non seulement favoriser la mise en place d'observatoires de la santé sur les sites miniers d'Arlit au Niger et de Mounana au Gabon pour prévenir les risques sanitaires liés à l'exploitation de l'uranium. Mais ils devaient aussi permettre d'indemniser les anciens collaborateurs africains et français du groupe Areva qui auraient contracté des pathologies liées à leur activité professionnelle. C'est surtout ce deuxième objectif qui pose problème.

Si l'association Sherpa reconnaît que les observatoires de la santé ont bien été mis en place dans les deux pays, elle considère que leur fonctionnement est au ralenti. Mais pour William Bourdon, président de Sherpa, les termes de l'accord n'ont surtout pas été respectés sur le volet indemnisation des victimes : « Nous sommes devant une anomalie absolue. Deux familles françaises ont été indemnisées sur un total de 10 à 12. Et, sur plus de 100 anciens travailleurs africains gabonais ou nigériens, aucun n’a été identifié comme ayant contracté une maladie professionnelle. Comment cela se fait-il ? Les travailleurs français auraient travaillé au fond de la mine, auraient été les plus exposés et les travailleurs africains au-dessus ? C’est absurde ! On a tiré la sonnette d’alarme dix fois. Voilà. On a pris cette décision qui n’était pas facile à prendre, mais dans un consensus parfait avec tous nos partenaires. »

De son côté, le groupe Areva met en avant le fait que 800 salariés africains bénéficient désormais d'un suivi médical. Pour Alain Acker, directeur médical du groupe, les indemnisations viendront si elles sont légitimes, mais c'est trop tôt : « Du côté des mineurs africains, c’est plus long parce qu’il faut constituer l’ensemble des dossiers médicaux ; il faut rassembler des données qui étaient dispersées ; il faut organiser des examens complémentaires alors qu’en France, on avait déjà des dossiers constitués. Donc aujourd’hui, c’est le début du dispositif qui est en place. Il faut attendre vraiment qu’on ait vu tous les anciens mineurs en consultation pour tirer des conclusions. Il est bien trop tôt aujourd’hui pour tirer des conclusions. »

Les premières indemnisations pourraient intervenir en 2014. C'est trop long et trop flou pour l'association Sherpa qui réfléchit à une nouvelle stratégie pour faire pression sur le groupe Areva.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.