Attaques simultanées à Abidjan : un mort et plusieurs blessés - Afrique - RFI

 

  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:40 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:15 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Journal
  7. 07:43 TU Sessions d'information
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Une semaine d'actualité
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:33 TU Une semaine d'actualité
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Atelier des médias
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Atelier des médias
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Sessions d'information
  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:15 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Sessions d'information
  7. 07:43 TU Sessions d'information
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Archives d'Afrique
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:40 TU Archives d'Afrique
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Afrique presse
fermer

Afrique

Politique Côte d'Ivoire

Attaques simultanées à Abidjan : un mort et plusieurs blessés

media Après l'attaque du camp militaire d'Akouédo, à Abidjan, les soldats patrouillent dans la capitale économique ivoirienne, le 6 août 2012. REUTERS/Thierry Gouegnon

Au moins deux attaques simultanées sont intervenues dans la nuit de jeudi à vendredi dans différents quartiers d'Abidjan. La gendarmerie de Toits-Rouges, dans le quartier de Yopougon, à Abidjan, a été prise pour cible par des inconnus vers 3 h 30 (heure locale). Une personne a été tuée. Selon des témoins à Yopougon, les tirs ont été intenses. Un poste de l'armée installé dans le village d'Agbaou, au nord-est d'Abidjan, a lui aussi été pris d'assaut. Enfin, la centrale électrique d'Azito, dans le même quartier, aurait été attaquée, selon des témoins consultés sur place.

Dans le quartier on n'a pas dormi.
Un habitant du quartier de Yopougon 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

L’escadron de gendarmerie du quartier Toits-Rouges à Yopougon (ouest d'Abidjan) a été attaqué vers 3 h 30 (heure locale) du matin par des hommes fortement armés. Selon l’ONU et des témoins, les assaillants étaient équipés de Kalachnikov et de lance-roquettes. L’attaque a duré deux heures. Un civil gardé à vue a été tué. Il y a eu aussi plusieurs blessés. Sept véhicules ont été brûlés et la gendarmerie, d’après l’ONU, a été entièrement saccagée.

Le quartier est bouclé. L’Onuci est arrivé en renfort, de même que des militaires des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) et des gendarmes. Le ministre chargé de la Défense, le chef d’état-major et le procureur militaire sont venus sur place ce matin, mais ils n’ont pas souhaité communiquer.

La même nuit, le poste de sécurité FRCI du village d’Agbaou a également été attaqué, à une centaine de kilomètres au nord d’Abidjan. Deux militaires auraient été blessés selon un bilan provisoire.

Plan de sécurité

Enfin, d’après des témoins, la centrale électrique d’Azito a été prise d’assaut cette nuit. Aucune autorité n’a encore confirmé l'information. Cette centrale avait déjà été attaquée en septembre 2012 par des assaillants déguisés en gendarmes. Pour l’instant, ce sont seulement des témoins sur place qui l’annoncent.

Il y a quelques jours, le ministre chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi avait annoncé dans la presse nationale un renforcement sécuritaire à Abidjan pour les fêtes de fin d’année, mais l'attaque de la gendarmerie du quartier Toits-Rouges vient porter un coup à ce dispositif d’autant plus que cette gendarmerie est située à quelques mètres d’un autre camp militaire. Le ministre ne s’est pas encore exprimé publiquement sur l’attaque de ce matin. En tout cas, les journalistes n’ont pas eu l’autorisation de se rendre sur les lieux de l’attaque.

Joint par RFI, le porte-parole du gouvernement veut néanmoins rassurer sur la situation. Des forces de police ont été déployées pour assurer la sécurité.

Ces attaques sont le fait de personnes totalement isolées. Tout a été mis en oeuvre pour assurer la sécurité
Bruno Koné Porte-parole du gouvernement 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.