L’insécurité au plus haut niveau à Madagascar - Afrique - RFI

 

  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU La marche du monde
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU La marche du monde
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Mondial sports
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Mondial sports
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Le débat africain
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Le débat africain
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU Internationales
  15. 23:30 TU Journal
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Couleurs tropicales
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Couleurs tropicales
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU Dimanche politique
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU L'épopée des musiques noires
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Mondial sports
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Mondial sports
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Le débat africain
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Le débat africain
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  15. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Madagascar

L’insécurité au plus haut niveau à Madagascar

media

A Madagascar, des mesures exceptionnelles de sécurité sont en vigueur depuis le jeudi 20 décembre dans toute la Grande île. Les autorités espèrent qu’elles suffiront à dissuader les criminels car, depuis le début du mois dans la capitale, les délits graves se multiplient.

Déjà 17 attaques à main armée ont été recensées dans la capitale depuis début décembre. Cela fait presque une par jour, trois fois plus que le mois dernier. Une hausse de l’insécurité traditionnelle en cette période de fête, mais ce qui inquiète le plus, c’est la violence des malfaiteurs.

« Les actes de banditisme s’effectuent toujours avec des armes à feu, explique le directeur des opérations de la gendarmerie dans la région d’Antananarivo, les bandits sont équipés de kalachnikovs, du fusils de chasse, d’armes de poing. Mais ils sont venus en nombre ».

Et plusieurs fois ils étaient vêtus de treillis militaires. Une tenue qui trompe les victimes et concentre les soupçons sur les gendarmes. Mais le directeur des opérations est catégorique, ses hommes ne sont en rien impliqués : « Cela a existé, avoue-t-il. Mais pour le moment, avec les 17 cas, on n’a pas encore relevé de crimes dans le banditisme commis par des militaires. Le problème est qu’il y a des tenues militaires qui se vendent à gauche et à droite ».

Un dispositif exceptionnel de lutte a ainsi été mis en place dans la capitale et les régions sensibles de la Grande île. Policiers et gendarmes seront plus nombreux jusqu’en janvier 2013.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.