Mali et Guinée-Bissau ne sont plus des partenaires privilégiés des Etats-Unis - Afrique - RFI

 

  1. 12:10 TU Sessions d'information
  2. 12:30 TU Journal
  3. 12:33 TU Sessions d'information
  4. 12:40 TU Grand reportage
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Autour de la question
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Autour de la question
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Radio foot internationale
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Radio foot internationale
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Sessions d'information
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Sessions d'information
  21. 16:40 TU Accents d'Europe
  22. 17:00 TU Journal
  23. 17:10 TU Décryptage
  24. 17:30 TU Journal
  25. 17:33 TU Sessions d'information
  1. 12:10 TU Grand reportage
  2. 12:30 TU Sessions d'information
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU Sessions d'information
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU Danse des mots
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Autour de la question
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Autour de la question
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Radio foot internationale
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Radio foot internationale
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Sessions d'information
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Sessions d'information
  19. 16:40 TU Accents d'Europe
  20. 17:00 TU Journal
  21. 17:10 TU La bande passante
  22. 17:30 TU Journal
  23. 17:33 TU Sessions d'information
  24. 17:40 TU La bande passante
  25. 18:00 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Commerce et Echanges Etats-Unis Guinée Bissau Mali + AFRIQUE

Mali et Guinée-Bissau ne sont plus des partenaires privilégiés des Etats-Unis

media

Le Mali et la Guinée-Bissau perdent leur statut de partenaire privilégié des Etats-Unis, privilège accordé maintenant au Soudan du Sud. Les Maliens avaient été pourtant l’une des premières nations africaines à être éligibles à une loi qui détaxe 6 400 produits importés aux Etats-Unis.

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Le Mali avait été l’un des premiers pays africains à être éligibles à la loi qui supprime les taxes sur plus de 6 400 produits importés vers les Etats-Unis. Avec le soutien des gouvernements malien et américain, les exportateurs ont pu bénéficier d’une assistance technique pour les aider à profiter des avantages commerciaux qu’offre l’Africa Growth and Opportunity Act (AGOA), un programme économique d'aide mis en place par les Etats-Unis.

En mars 2010, l’ambassadeur américain avait inauguré un centre AGOA à Bamako. Il avait rappelé à cette occasion que des entrepreneurs maliens avaient réalisé le plus grand volume d’exportations d’articles en textile de fabrication artisanale jamais atteint. D’autres avaient pu vendre des sacs à la grande entreprise Hallmark, spécialisée dans les cadeaux.

L’AGOA, adoptée en 2000 par le Congrès à l’initiative de George Bush avait eu un impact significatif sur les exportations de produits agricoles de Guinée-Bissau. L’objectif de cette législation est de développer le libre-échange entre l’Afrique et les Etats-Unis, mais aussi d’encourager les pays africains à lutter contre la corruption, à pratiquer la bonne gouvernance et à récompenser les réformes démocratiques. Or, comme l’a expliqué le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Tommy Vietor, le Mali et la Guinee Bissau ont été le théâtre de coups d’Etat en 2012.

Après le renversement du président Amadou Toumani Touré, les Etats-Unis ont mis fin à la plupart de leurs aides, à l’exception de l’assistance humanitaire. La Guinée-Bissau a connu un nouveau coup d’Etat en avril et se voit aussi pénalisée pour faciliter le transit de drogues vers l’Europe. Washington a voulu en revanche faire bénéficier des avantages de l'AGOA le Soudan du sud dont il a soutenu activement la marche vers l’indépendance. La jeune nation dispose d’un sous-sol riche, notamment en pétrole, ce qui devrait soulever l’intérêt des investisseurs américains.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.