Nigeria : un ingénieur français enlevé dans le Nord - Afrique - RFI

 

  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Radio foot internationale
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Radio foot internationale
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Sessions d'information
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Sessions d'information
  12. 16:40 TU Accents d'Europe
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Décryptage
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU Débat du jour
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Grand reportage
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU La bande passante
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU La bande passante
  25. 20:00 TU Journal
  1. 14:10 TU Autour de la question
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Autour de la question
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Radio foot internationale
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Radio foot internationale
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Sessions d'information
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Sessions d'information
  12. 16:40 TU Accents d'Europe
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU La bande passante
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU La bande passante
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU Grand reportage
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU Décryptage
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU Débat du jour
  25. 20:00 TU Journal
fermer

Afrique

Boko Haram France Nigeria Terrorisme

Nigeria : un ingénieur français enlevé dans le Nord

media  

Un ingénieur français a été enlevé dans le nord du Nigeria. Un groupe d'une trentaine d'assaillants ont attaqué la résidence où il dormait. L'ingénieur, dont le nom n'a pas été révélé, travaillait pour l'entreprise Vergnet, une société française opérant dans le secteur des énergies renouvelables. Ses ravisseurs ont tué deux gardes nigérians dans l'assault dans la ville de Rimi, à 25km de la capitale de l'Etat de Katisna. Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères se dit très inquiet.
 

La police nigériane semble exclure pour l'heure la piste de Boko Haram. La secte islamiste n'a jamais frappé dans l'Etat de Katsina, assez éloigné de sa zone d'action traditionnelle, plus à l'Est. Aussi Boko Haram à ce jour, n'a jamais revendiqué d'enlèvements.

Plusieurs Occidentaux ont été pris en otage dans cette région du nord du Nigeria ces 24 derniers mois, des enlèvements parfois attribués par le gouvernement nigérian à la secte, mais c'est une thèse qui laisse les spécialistes perplexes.

Pour ce dernier enlèvement, les autorités nigérianes privilégient la piste crapuleuse avec demande de rançon, mais il n'est pas impossible que les ravisseurs tentent de revendre leur prise à des groupes terroristes islamistes.

Les opérations de libération initiées par les forces de sécurité nigérianes se soldent souvent par la mort des otages. Le Britannique et l'Italien enlevés l'an dernier dans l'Etat de Sokoto, avaient été tués au cours d'une opération menée par la police nigériane avec l'aide des autorités britanniques.

Un ingénieur allemand, enlevé en janvier dans l'Etat de Kano, toujours dans le Nord, avait aussi été retrouvé mort au terme d'une opération de sauvetage initiée en mai 2012 par les forces de sécurité du pays.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.