Burkina Faso: assises nationales sur la corruption : des paroles... et des actes? - Afrique - RFI

 

  1. 21:10 TU Couleurs tropicales
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Couleurs tropicales
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Accents d'Europe
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Danse des mots
  10. 21:10 TU Musiques du monde
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Musiques du monde
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Si loin si proche
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:10 TU Radio foot internationale
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Radio foot internationale
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  8. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Les antennes de RFI consacreront à nouveau une édition spéciale à la situation au Burkina Faso samedi 1er novembre entre 6h TU et 8h TU.

fermer

Afrique

Burkina Faso

Burkina Faso: assises nationales sur la corruption : des paroles... et des actes?

media Boîte de suggestions anti-corruption au Kenya. Linda Whitwam

Les assises nationales burkinabè sur la corruption ont pris fin le vendredi 21 décembre. Pendant trois jours, les 650 participants ont pu établir le diagnostic de ce phénomène et des recommandations pour le combattre. Au nombre de ces recommandations, il y a la prise effective de sanctions contre les auteurs d’infractions.

Les participants aux assises nationales sur la corruption ont d'abord recommandé l’application ferme des textes. Mais pour Henri Bruno Bessin, contrôleur d’Etat au Burkina Faso, ce sera désormais l’application de la tolérance zéro : « Quand on dit tolérance zéro, chacun devra avoir désormais inscrit quelque part dans son cerveau qu’on ne peut plus accepter la corruption. On ne doit plus l’accepter. »

Selon François de Salles Bado de la conférence épiscopale Burkina-Niger, il faut passer de la parole à l’acte : « Il s’agit de passer à l’œuvre, de sanctionner ce qu’il faut sanctionner, d’encourager, de féliciter. »

Luc Marius Ibriga, enseignant-chercheur à l'université de Ouagadougou, a interpellé les participants sur les conditions nécessaires à une lutte efficace contre la corruption au Burkina Faso : « On ne peut pas lutter efficacement contre la corruption avec des magistrats généralistes. On ne peut pas non plus lutter contre la corruption quand on a une administration qui est politisée. Il faut que l’on crée un environnement favorable à cela. »

La corruption électorale a également retenu l’attention des participants. A l’issue des échanges, les assises nationales recommandent au gouvernement d’initier une autre réflexion sur la question.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.