Nigeria : double attentat-suicide à Kano imputé à Boko Haram

Kano, le 22 décembre 2012.
© REUTERS/Stringer

Ce samedi 22 décembre à Kano, dans le Nord, une double attaque suicide a frappé des locaux de MTN et de Airtel, deux des principaux opérateurs téléphoniques du pays. L'attaque n'a pas été revendiquée, mais tous les regards se tournent à nouveau vers l'organisation terroriste Boko Haram.

RFI a pu joindre un employé des télécoms, qui se trouvait sur place au moment des faits. Il décrit ce qu'il a vu et fait part de son inquiétude.

J'ai entendu une énorme explosion. Puis j'ai vu une fumée géante qui montait vers le ciel. C'était très puissant. Les gens étaient effrayés, ils couraient partout. Je n'ai jamais vu ça de ma vie. Il y a eu deux explosions. La première a eu lieu près du siège d'Airtel. L'autre, pas loin d'ici, contre les locaux de la société MTN. Ce sont ces deux sociétés de télécommunications qui ont été visées. Les gens ont peur, et moi-même j'ai peur, car je travaille sur les réseaux téléphoniques.

Musbau Alhatu
22-12-2012 - Par RFI

Pour Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et spécialiste du Nigeria, cela ne fait guère de doute : ces attentats ont bien été perpétrés par l'organisation islamiste Boko Haram.

Ces attaques portent clairement la signature de Boko Haram, contrairement à l'enlèvement du Français qui a eu lieu il y a quelques jours dans la région de Katsina. Plusieurs raisons à cette signature : d'abord le fait que Boko Haram s'en est déjà pris à la ville de Kano à plusieurs reprises (...). D'autre part les cibles, les réseaux téléphoniques, puisque Boko Haram a déjà attaqué des réseaux téléphoniques et des centres de transmission (...). Troisième raison : le mode opératoire, l'attaque suicide.

Marc-Antoine Pérouse de Montclos
22-12-2012 - Par Cyril Bensimon

Pour le chercheur français, si Boko Haram s'en prend au secteur des télécommunications, il faut y voir un symbole, une punition pour des organisations jugées trop proches de l'adversaire de la nébuleuse. Sans toutefois minorer l'aspect tactique : cette attaque, selon lui, marque « une montée en grade, la sophistication d'une stratégie de confrontation directe avec l'Etat ».

Boko Haram s'en prend aux opérateurs téléphoniques pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'ils visent à attaquer des organisations accusées de collaborer avec les forces de sécurité (...). Il y a aussi une raison très stratégique, (...) il s'agit de déstabiliser l'Etat nigérian et de toucher à ses centres vitaux, que sont la circulation de l'information, les moyens de communication.

Marc-Antoine Pérouse de Montclos
22-12-2012 - Par Cyril Bensimon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.