RCA: des «jeunes patriotes» s'en prennent à l'ambassade de France à Bangui

En République centrafricaine, après un sit-in, des jeunes ont jeté des projectiles ce mercredi 26 décembre contre l’ambassade de France à Bangui. Des manifestants interrogés ont affirmé qu’ils entendent ainsi envoyer un message fort à Paris, afin d’aider le gouvernement de Bangui à stopper l’avancée des rebelles de la coalition Séléka à l’intérieur du pays.

François Hollande: «Si nous sommes présents, ce n'est pas pour protéger un régime, c'est pour protéger nos ressortissants»
11-10-2013 - Par RFI

Ces jeunes se font désormais appeler « Jeunes patriotes centrafricains ». Ils accusent Paris d'être en train de lâcher Bangui. Ce mercredi matin, ils sont allés jusqu'à arracher l'un des drapeaux de l'ambassade.

« Il y a crise un peu partout dans les quatre coins de la République centrafricaine. Les principales victimes, ce sont les jeunes. C'est pourquoi ils ne veulent pas vivre une situation précaire à l'avenir, s'énerve un manifestant. Nous voulons dire ' au secours ' à la France, le partenaire direct de la République centrafricaine. Au secours la France, au secours la France ! Viens au secours de la RCA ! », hurle-t-il encore.

L'ambassadeur français Serge Mucetti préfère minimiser l'ampleur de la situation. Pour lui, il s'agit juste d'une dizaine de jeunes incontrôlés qui veulent déstabiliser la communauté internationale. « Les Français qui résident à Bangui n'ont pas du tout été pris à partie. Ils n'ont pas été menacés dans leur sécurité, ils n'ont pas été molestés. Je n'ai pas été attaqué, assure-t-il. Il y a eu simplement un groupe de quelques dizaines, vous les appelez ' patriotes ', moi je dis d'éléments incontrôlés, qui profitent de la situation et qui veulent déstabiliser la communauté internationale et qui veulent affaiblir le gouvernement centrafricain en se livrant à des actes de violence, comme ils l'ont fait ce matin devant la chancellerie de France », analyse l'ambassadeur.

En liaison avec les autorités locales, et à la demande de notre ambassade, des mesures ont été prises pour assurer la sécurité de nos locaux diplomatiques.
Vincent Floréani
11-10-2013 - Par Cyril Bensimon


Le ministre des Affaires étrangères centrafricain Antoine Gambi, lors d'une réunion avec le corps diplomatique présent dans le pays, a présenté des excuses à la France et aux Etats-Unis. Le ministre préfère parler d'« actes incontrôlés » orchestrés par quelques jeunes « mal intentionnés ».