L'Afrique de l'Ouest, entre peines et espoirs pour 2013 - Afrique - RFI

 

  1. 21:10 TU Accents d'Europe
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Danse des mots
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Autour de la question
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Autour de la question
  10. 21:10 TU Si loin si proche
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Si loin si proche
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Atelier des médias
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:10 TU Radio foot internationale
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Radio foot internationale
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  8. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

+ AFRIQUE Burkina Faso Congo-Brazzaville Gabon Sénégal

L'Afrique de l'Ouest, entre peines et espoirs pour 2013

media

Comment l'Afrique tourne-t-elle la page de 2012 et surtout, comment se prépare le continent à la nouvelle année 2013 ? Comment les Congolais, les Burkinabè, les Gabonais, les Sénégalais ou encore les Malgaches ont-ils choisi de célébrer la nouvelle année ? Les correspondants de RFI ont pris la température avant les douze coups de minuit.

Au Congo-Brazzaville, en cette période du nouvel an, l’atmosphère n’est pas à la fête chez les habitants de Mpila, ce quartier de l'est de Brazzaville ravagé le 4 mars dernier par l'explosion d'un dépôt de munitions. Cet accident avait fait 300 morts environ et de très nombreux dégats matériels. Aujourd'hui, les habitants manquent de moyens pour s’offrir un bon repas et se plaignent surtout de leurs conditions de vie, depuis que leurs maisons ont été détruites. Ils se proposent d’aller passer la nuit de la Saint-Sylvestre à l’église. Ils vont notamment prier pour leur relogement.

A Mpila, on prie pour se faire reloger
Nouvel an de recueillement à Mpila 11/10/2013 - par Loïcia Martial écouter

Au Burkina Faso, alors que Ouagadougou est en ébullition à l'occasion de nouvel an, les réfugiés maliens, eux, se posent encore des questions sur ce que leur réserve 2013. Les familles de réfugiés dans la capitale sont dans l’expectative d’une paix au Mali.

L'année passée est une très mauvaise année, comment la fêter ? L'année prochaine, c'est l'année de l'intervention, des négociations compliquées. Donc comment fêter une année qui ne nous annonce pas de bonnes nouvelles ?
Morosité chez les réfugiés maliens au Burkina Faso 11/10/2013 - par RFI écouter

Au Gabon, la présidence de la République gabonaise avait prévu un feu d’artifices géant dans toutes les capitales provinciales. Mais le réveillon du Nouvel An s'est préparé dans la morosité à cause de la vie chère. Reportage au marché Mont-Mbouët, le marché central de Libreville.

Il n'y pas de clients. L'argent est bloqué. Mais qui l'a bloqué? Je ne sais pas.
Les commerçants gabonais à la recherche de leurs clients disparus 11/10/2013 - par Yves-Laurent Goma écouter

A Madagascar, l'ambiance est plus réjouissante. L’événement musical pour le passage en 2013, c’est le retour de Lalatiana. Partie en France en 2002 à cause des troubles politiques, c’est la première fois que la chanteuse malgache revient dans son pays. Elle va donner une série de concerts pour présenter son troisième album, mais elle est surtout venue retrouver le public malgache.

Je vois beaucoup de développement au niveau musical, ne serait-ce qu'en nombre de musiciens. Tout le monde fait de la musique, dans tous les domaines.
Après dix ans d'exil, Lalatiana dit retrouver une île qui n'a pas changé, ou presque 11/10/2013 - par Arnaud Froger écouter

Au Sénégal enfin, la communauté mouride célèbre le mardi 1er janvier 2013 le grand Magal de Touba, qui commémore le départ en exil de Cheikh Amadou Bamba, le fondateur du mouridisme. Pour l’occasion, des milliers de croyants convergent vers la ville sainte. Depuis dimanche, la capitale se vide de ses commerçants.

Depuis 13 ans, Baila Diop ne rate aucun Magal. Ce père de famille compte rester une bonne semaine à Touba. Assister au Magal est pour lui un devoir en tant que mouride.
Départs massifs pour le Magal de Touba 11/10/2013 - par Bineta Diagne écouter

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.