Algérie : des proches du président impliqués dans la disparition d'un mystérieux magot saoudien - Afrique - RFI

 

  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Orient hebdo
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 18:30 TU Journal
  8. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Musiques du monde
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:33 TU Musiques du monde
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Musiques du monde
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Musiques du monde
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Si loin si proche
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Si loin si proche
  21. 22:00 TU Journal
  22. 22:10 TU Archives d'Afrique
  23. 22:30 TU Journal
  24. 22:40 TU Archives d'Afrique
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Orient hebdo
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Le club RFI
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Abdelaziz Bouteflika Arabie Saoudite Algérie

Algérie : des proches du président impliqués dans la disparition d'un mystérieux magot saoudien

media

Plusieurs sites internet d'informations algériens révèlent une histoire d'escroquerie qui implique les plus proches collaborateurs du président Abdelaziz Bouteflika et un prince saoudien.

Quelques jours avant Noël, un prince saoudien est en visite à Biskra à 450 kilomètres d’Alger pour de grandes parties de chasse. Le prince souhaite rencontrer le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Il fait donc une demande officielle et, pour accélérer les choses, il contacte le directeur du protocole de la présidence et le secrétaire particulier du chef de l’Etat. Le coup de pouce lui coûte 50 000 dollars.

Les deux responsables algériens louent une suite dans un grand hôtel de la capitale. Le prince y reste trois jours et le 26 décembre, l’ambassadeur saoudien demande officiellement où en est la demande d’audience du prince. Réponse du directeur du protocole : « Le président est trop malade, il est rentré chez lui en urgence. »

Sauf que la presse algérienne révèle que la demande d’entretien n’a jamais été transmise au chef de l’Etat. Les 50 000 dollars, eux, ont disparu. Du côté de la présidence, on refuse de commenter l’affaire. L’ambassadeur saoudien, lui, promet une protestation officielle.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.