Hubert Védrine sur RFI: «Il n'y a jamais eu autant d'acteurs dans la vie internationale» - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Radio foot internationale

 

  1. 15:10 TU Radio foot internationale
  2. 15:30 TU Journal
  3. 15:33 TU Radio foot internationale
  4. 16:00 TU Journal
  5. 16:10 TU Sessions d'information
  6. 16:30 TU Journal
  7. 16:33 TU Sessions d'information
  8. 16:40 TU Accents d'Europe
  9. 17:00 TU Journal
  10. 17:10 TU Décryptage
  11. 17:30 TU Journal
  12. 17:33 TU Sessions d'information
  13. 17:40 TU Débat du jour
  14. 18:00 TU Journal
  15. 18:10 TU Grand reportage
  16. 18:30 TU Sessions d'information
  17. 19:00 TU Journal
  18. 19:10 TU La bande passante
  19. 19:30 TU Journal
  20. 19:40 TU La bande passante
  21. 20:00 TU Journal
  22. 20:10 TU Couleurs tropicales
  23. 20:30 TU Journal
  24. 20:33 TU Couleurs tropicales
  25. 21:00 TU Journal
  1. 15:10 TU Radio foot internationale
  2. 15:30 TU Journal
  3. 15:33 TU Radio foot internationale
  4. 16:00 TU Journal
  5. 16:10 TU Sessions d'information
  6. 16:30 TU Journal
  7. 16:33 TU Sessions d'information
  8. 16:40 TU Accents d'Europe
  9. 17:00 TU Journal
  10. 17:10 TU La bande passante
  11. 17:30 TU Journal
  12. 17:33 TU Sessions d'information
  13. 17:40 TU La bande passante
  14. 18:00 TU Journal
  15. 18:10 TU Grand reportage
  16. 18:30 TU Sessions d'information
  17. 19:00 TU Journal
  18. 19:10 TU Décryptage
  19. 19:30 TU Journal
  20. 19:40 TU Débat du jour
  21. 20:00 TU Journal
  22. 20:10 TU Couleurs tropicales
  23. 20:30 TU Journal
  24. 20:33 TU Couleurs tropicales
  25. 21:00 TU Journal
fermer

Afrique

Chine Etats-Unis France Syrie Tunisie

Hubert Védrine sur RFI: «Il n'y a jamais eu autant d'acteurs dans la vie internationale»

media

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères passe en revue les grands défis internationaux à venir en 2013 et fait le point sur la situation économique planétaire.

RFI : Un mot avant de passer en revue les grands rendez-vous internationaux de cette nouvelle année: est-ce qu’il y a quelque chose qui vous a particulièrement marqué au cours de l’année achevée 2012 ?

Hubert Védrine : Non. On pourrait citer de façon conventionnelle la réélection d’Obama ou le changement d’équipe en Chine, l’arrivée de monsieur Xi Jinping après Hu Jintao. C’est la poursuite du processus qui me frappe, c’est-à-dire le processus de redistribution des cartes dans le monde, la montée des pays émergents qui continuent à émerger même si certains d’entre eux ont déjà émergé ; une formidable modification du rapport de force qui fait que l’influence, le pouvoir, la puissance des Occidentaux se trouvent petit à petit relativisés.

Les plus puissants et les plus riches restent donc pour encore longtemps, mais ils ne sont plus les maîtres du monde. Ils ne sont pas du tout ce qu’ils avaient cru pendant les dix années après…

Au profit de qui ?

Les émergents en général. On pensait à la Chine, mais c’est vrai de l’Inde, du Brésil. Je ne mets pas la Russie dans cette catégorie, même si on parle des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Je trouve que la Russie n’a pas sa place, c’est autre chose. Mais les émergents, c’est-à-dire les pays qui ont une croissance à 6, 7, 8%, et qui ont de plus en plus d’influence dans leur région, il y en a 30, 40, 50. Nous sommes donc dans un monde où il n’y a jamais eu autant d’acteurs dans la vie internationale. Et les Occidentaux qui ont gardé l’habitude d’être un peu les maîtres du jeu, ce qu’ils ont été pendant deux ou trois siècles, ont beaucoup de mal à s’adapter à cela.

C’est un processus qui va se poursuivre ? Va-t-il y avoir ce renversement de pouvoirs et d’influences ?

Bien sûr. Ca se voit sur tous les plans : sur le plan de la monnaie, sur le plan des armées, sur le plan de l’économie, sur le plan du tourisme, du luxe, de la culture, des idées, sur tous les plans. Il ne faut pas regarder que la Chine même, si elle est un peu le phare de cela. Notre problème, à nous Occidentaux, c’est de nous adapter à ça. Les Américains détestent cette redistribution, ils voudraient rester au-dessus et que John Wayne arrive à la fin pour remettre de l’ordre dans tout cela...

Ca perturbe et angoisse tous ceux qui ont voté contre Obama qui, lui, a compris ce phénomène. C’est qu’ils ont peur de cela. Quant aux Européens, ils croient tellement en une chimérique communauté internationale qu’ils sont très perturbés dans leur idéalisme par rapport à cela. Or nous sommes dans une compétition non stop, c’est cela qu’il faut regarder en tête.

Très proche de nous, dans trois semaines, le 22 janvier, des élections législatives anticipées ont lieu en Israël. Benyamin Netanyahu est favori. « Sa priorité, s’il est réélu, sera de stopper le programme nucléaire iranien », a-t-il dit. Jusqu’où le croyez-vous capable d’aller pour cela ?

On ne peut pas complètement exclure qu’il déclenche un jour une opération militaire, même s’il n’a pas tout à fait l’opinion pour lui, même si on sait que le cabinet de sécurité est divisé, même si beaucoup d’anciens chefs militaires ou des services secrets se sont prononcés contre. En tout cas, si ça devait être fait sans les Etats-Unis, - c’est également ce qu’a dit le président Shimon Peres -, on ne peut pas l’exclure complètement.

S’il fait cela, il sait bien qu’il ne va pas anéantir les capacités iraniennes totalement. Mais il pourrait faire ça pour obliger les Etats-Unis, même si Barack Obama était furieux au fond de lui-même, à les soutenir encore plus et donc à les protéger contre d’éventuelles représailles. C’est un jeu tactico-politico-stratégique si on peut dire. Je ne dis pas qu’il va le faire mais on ne peut pas l’exclure complètement. Et c’est à mon avis, avec la question de la dette des Etats-Unis, la grande question pour Obama maintenant au début de son mandat numéro 2.

Les Etats-Unis et Israël n’ont-ils pas intérêt à attendre le résultat des élections présidentielles de juin en Iran ?

Ils n’ont pas forcément les mêmes analyses des deux côtés. Obama peut se servir de cet argument pour continuer à freiner Netanyahu. Mais Obama a fait tellement dans la campagne électorale qu’il vient de gagner pour retenir les Israéliens qu’il a presque été obligé de se mettre sur la ligne de Netanyahu, il a presque été obligé de dire à la fin : « S’il y a un vrai problème, je le règlerai moi et pas Netanyahu ».

Donc il est en face de cette situation terrible. A mon avis, comme il va absolument chercher à échapper à l’engrenage d’un affrontement direct avec l’Iran, il va essayer d’inventer quelque chose sur le plan politique ou diplomatique avec l’Iran pour essayer de sortir de ce piège. Encore faut-il qu’il y ait du répondant en Iran. Et cela dépend aussi de la bataille au sein du régime qui va s’organiser autour de la prochaine élection présidentielle en Iran.

Il y aura des élections également en Tunisie au mois de juin, élections présidentielle et législatives. Comment voyez-vous évoluer ce processus qu’on a appelé « les révolutions arabes » au cours de l’année à venir ?

Je le vois évoluer sur des années avec des phénomènes tout à fait instables, des avancées, des moments où ça dégénère en guerre civile atroce. L’exemple le pire étant la Syrie. On parle de 45 000 morts maintenant, des deux côtés d’ailleurs. La démocratisation, ce n’est donc pas une partie de campagne. Ca va se passer pendant des années et des années.

Ce qu’il faudra regarder, mais c’est différent pays par pays, c’est comment évolue le groupe central et à peu près majoritaire partout des Frères musulmans : est-ce qu’ils vont aller inévitablement vers l’aile radicale salafiste qui existe par exemple en Egypte ? Ou est-ce qu’ils vont finalement s’appuyer sur les sociétés civiles, plus modernes, dans certains cas sur l’armée, pour se rééquilibrer et devenir des partis gouvernementaux ? C’est une grande question qui concerne presque tous les pays arabes, même ceux où jusqu’à maintenant il ne s’est rien passé. Il faut raisonner sur des années, pas sur trois mois.

Un petit mot de l’Europe. Le pacte budgétaire européen entre en vigueur aujourd’hui, ce 1er janvier. On sent bien aujourd’hui qu’on est soit à la veille d’un grand saut fédéral, soit peut-être d’un retour en arrière. Quel est votre choix ?

Ce n’est pas une question de choix, c’est une question d’analyse. Je ne crois pas au saut fédéral parce qu’aucun peuple ne ratifierait un traité qui dirait cela. Aucun gouvernement ne pourra conclure un traité sur une base comme ça. Ce mot veut dire trop de choses différentes. Donc il faut relever le capot du moteur et savoir de quoi il s’agit exactement et qui décide quoi : si c’est décider plus ensemble, oui ; si c’est s’en remettre à une Europe technocratico-judiciaire, ça ne passera pas.

On est dans un progrès dans la mesure où, dans la douleur, on s’est enfin doté dans la zone euro d’un gouvernement économique qui faisait défaut. Pour le reste, c’est une confédération assez lâche, mais la vraie question maintenant, c’est « est-ce qu’on peut combiner dans la zone euro l’assainissement qui était nécessaire des finances publiques avec la croissance ? » Si non, on n’arrivera pas sortir de l’engrenage de la dette. Ca, c’est un peu l’apport de François Hollande qui a réussi à ce qu’il y ait un petit complément au Traité, mais il faut un vrai contenu maintenant et beaucoup de choses se jouent sur la capacité de l‘Europe à relancer une croissance.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.