RCA: les ONG restent au chevet des populations - Afrique - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
Urgent

Il s’agit d’une petite fille âgée de 2 ans, originaire de la ville de Kayes, dans l’ouest du pays. Elle revenait de Guinée. Sa famille l’a amenée spontanément à l’hôpital après les premiers symptômes. Les analyses ont confirmé, ce jeudi 23 octobre, qu’elle était porteuse du virus Ebola.

fermer

Afrique

EN BREF République centrafricaine

RCA: les ONG restent au chevet des populations

En République centrafricaine, malgré l'avancée fulgurante des rebelles, les ONG, comme Médecins sans frontières (MSF), continuent à mener leurs projets de survie auprès des populations fuyant la guerre. Le CICR confirme aussi des déplacements des populations.

Sylvain Groulx, responsable du bureau MSF à Bangui, fait le point de la situation à Ndélé. Cette ville est prise par les rebelles au tout début de l'offensive le 10 décembre. Il affirme que les habitants sont « craintifs ». Certains « ne rentrent chez eux que quelques heures dans la journée. Les femmes et les enfants ne se sentent pas en sécurité la nuit. »

Les gens continuent à être très craintifs. Ils ne rentrent pas chez eux la nuit.
Sylvain Groulx Responsable du bureau MSF à Bangui. 11/10/2013 - par Hélène Naah écouter

Même si les combats n'ont pas atteint Bangui, le CICR a déjà pris toutes les dispositions pour venir en aide aux populations en détresse, notamment les habitants de Kaga Bandoro dans le centre du pays, une ville prise par les rebelles. Georgios Georgantans, le chef de la délégation du CICR à Bangui, lance un message aux rebelles et forces combattantes afin que le Comité international de la Croix-Rouge puisse effectuer son travail de secours en toute sécurité.

Il faut respecter les civils. Et il faut que les parties en conflit nous laissent travailler en sécurité.
Georgios Georgantans Chef de la délégation du CICR à Bangui. 11/10/2013 - par Hélène Naah écouter

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.