RDC: l’opposition pose des préalables à sa participation au dialogue intercongolais - Afrique - RFI

 

  1. 03:15 TU Sessions d'information
  2. 03:30 TU Journal
  3. 03:33 TU Sessions d'information
  4. 03:40 TU Accents d'Europe
  5. 04:00 TU Journal
  6. 04:15 TU Sessions d'information
  7. 04:30 TU Journal
  8. 04:33 TU Sessions d'information
  9. 04:37 TU Grand reportage
  10. 04:57 TU Sessions d'information
  11. 05:00 TU Journal
  12. 05:15 TU Sessions d'information
  13. 05:30 TU Journal
  14. 05:40 TU Sessions d'information
  15. 05:50 TU Sessions d'information
  16. 06:00 TU Journal
  17. 06:15 TU Sessions d'information
  18. 06:30 TU Journal
  19. 06:43 TU Sessions d'information
  20. 07:00 TU Journal
  21. 07:10 TU Sessions d'information
  22. 07:30 TU Journal
  23. 07:40 TU Grand reportage
  24. 08:00 TU Journal
  25. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  1. 03:15 TU Sessions d'information
  2. 03:30 TU Sessions d'information
  3. 04:00 TU Journal
  4. 04:15 TU Sessions d'information
  5. 04:30 TU Sessions d'information
  6. 05:00 TU Journal
  7. 05:15 TU Sessions d'information
  8. 05:30 TU Sessions d'information
  9. 06:00 TU Journal
  10. 06:15 TU Sessions d'information
  11. 06:30 TU Journal
  12. 06:43 TU Sessions d'information
  13. 07:00 TU Journal
  14. 07:10 TU Sessions d'information
  15. 07:30 TU Sessions d'information
  16. 08:00 TU Journal
  17. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  18. 08:30 TU Journal
  19. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  20. 09:00 TU Journal
  21. 09:10 TU Priorité santé
  22. 09:30 TU Journal
  23. 09:33 TU Priorité santé
  24. 10:00 TU Journal
  25. 10:10 TU 7 milliards de voisins
fermer

Afrique

Joseph Kabila RDC

RDC: l’opposition pose des préalables à sa participation au dialogue intercongolais

media

Quels sont les contours du cadre de concertation annoncé lors de ses vœux par le président Kabila pour obtenir la cohésion nationale ? L'opposition a sa conception qui diffère de celle de la majorité. Joseph Kabila a annoncé pour «début 2013» un dialogue inter-congolais visant à renforcer la «cohésion nationale» face au Mouvement du M23, cette rébellion active dans l'Est et présumée soutenue par le Rwanda et l'Ouganda.

Si à l’UDPS on se dit « non concerné » par le cadre d’échanges annoncé par le chef de l’Etat, les autres opposants, eux, posent des préalables pour y participer. Le président du Mouvement des Congolais pour la République, Jean-Claude Vuemba :

« Réglons tout d’abord le contentieux électoral du 28 novembre 2011. Après, nous pouvons voir comment nous pouvons trouver un intérêt d’entente, afin que les Congolais puissent avoir un cadre permanent de concertation. Jusqu’à maintenant, le cahier des charges n’est pas connu. Et puis qui va convoquer cela ? ».

Réponse du président de l’Assemblée nationale, qui est en même temps secrétaire général de la majorité présidentielle, Aubin Minaku :

« C’est d’abord un devoir, sacro-saint même, du président de la République, mais c’est aussi le devoir de chaque citoyen congolais. Et donc, c’est ensemble, que nous allons définir le cadre le plus approprié, pour éviter la théâtralisation de la politique. L’approche c’est, face à certains impératifs de gestion de la République, comment devons-nous procéder à l’unisson, dans l’harmonie, pour contrer la première menace qui nous pèse, c'est-à-dire l’émiettement du pays ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.