République centrafricaine: selon la CEEAC, la Seleka participera aux négociations de Libreville

De gauche à droite: le secrétaire général de la CEEAC, Guy-Pierre Garcia (à gauche), la représentante de l'UA à Bangui, Hawa Ahmed Youssouf, et la représentante spéciale de l'ONU pour la RCA, Marget Vogt.
© AFP PHOTO SIA KAMBOU

La préparation des négociations prévues au Gabon sur la crise en RCA bat son plein. De parts et d'autres, on établit la liste des personnalités qui seront du rendez-vous. Se pose aussi une question de pure logistique : l’acheminement des représentants de la rébellion. Il faudra aller les chercher à l’intérieur du pays. La délégation rebelle devrait bien être présente dimanche à Libreville pour négocier. L'annonce est tombée ce vendredi 4 janvier via la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). Mais de son côté, le porte-parole de la Seleka, Eric Massi, affirme ne pas être au courant de négociations imminentes.

Le secrétaire général adjoint de la CEEAC vient de l’annoncer : la délégation de la coalition rebelle de la Seleka sera composée de dix personnes. Guy-Pierre Garcia affirme que le chef de la Seleka, Michel Djotodia, a pris « cette décision ». Du côté du camp Bozizé et de l’opposition politique, les réunions se tiennent séparément.

On ignore qui dirigera la délégation de l’opposition, et combien ils seront à prendre la route de Libreville. Pour Me Nicolas Tiangaye, coordonateur de la plate-forme des partis de l’opposition, le général François Bozizé n’a aucune qualité pour fixer le quota aux équipes qui doivent prendre part à cette négociation.

« Le président Bozizé est aussi partie prenante à cette crise, donc c’est aux chefs des Etats de la CEEAC de fixer le quota », dit-il. En outre, il y a aussi la société civile, la jeunesse et les femmes centrafricaines, qui présenteront deux personnes pour chaque entité. Elles auront un statut d’observateur.

Du côté du pouvoir, les choses sont plus claires, puisque le président Bozizé en personne siègera à la tête de la délégation. Les rebelles sont attendus ce dimanche à Libreville, d’après le général Garcia, secrétaire général adjoint de la CEEAC. Mais un porte-parole de la rébellion déclare ne pas être au courant des négociations imminentes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.