Explosions de Mpila au Congo-Brazzaville: les prévenus réclament leur libération - Afrique - RFI

 

  1. 19:33 TU La bande passante
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Accents d'Europe
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Danse des mots
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Autour de la question
  14. 23:30 TU Journal
  15. 23:33 TU Autour de la question
  16. 19:33 TU La bande passante
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Couleurs tropicales
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Couleurs tropicales
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Accents d'Europe
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Danse des mots
  25. 22:00 TU Sessions d'information
  1. 19:40 TU Accents d'Europe
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU La bande passante
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU La bande passante
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Autour de la question
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Autour de la question
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Séries
  14. 23:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Congo-Brazzaville

Explosions de Mpila au Congo-Brazzaville: les prévenus réclament leur libération

media

Les 23 militaires prévenus dans l’affaire des explosions qui ont fait près de 300 morts le 4 mars 2012 à Mpila, au Congo-Brazzaville, ont écrit individuellement aux autorités judiciaires pour demander leur libération. Leur avocat exige qu’ils soient simplement «expulsés» de la maison d’arrêt où ils sont détenus depuis dix mois. Ces militaires réclament leur libération car la Chambre d'accusation s'est déclarée incompétente et a renvoyé leurs dossiers devant le procureur général de la cour d'appel.

Après le colonel Marcel Ntsourou, les autres militaires prévenus dans l’affaire des explosions du 4 mars ont écrit individuellement au procureur général, près la cour d’appel, pour demander leur libération.

Ils lui ont écrit par le canal du directeur de la maison d’arrêt, à qui un de leurs avocats, maître Amédée N’Ganga demande de les expulser, après que la chambre d’accusation se soit déclarée incompétente dans ce dossier :

« Le directeur de la maison d’arrêt n’a pas le choix que de constater que les prévenus, actuellement, ne disposent d’aucun titre, pour qu’ils soient pensionnaires de la maison d’arrêt. Et de ce point de vue, le directeur de la maison d’arrêt devait les expulser de la maison d’arrêt, au besoin, utiliser la force publique, si ceux-ci résistent, sinon les poursuivre pour rébellion, parce qu’ils n’ont plus leur place – j’allais dire – ils n’ont plus aucun titre ni droit à rester à la maison d’arrêt ».

La réponse de Paul Morossa directeur général de l’administration pénitentiaire, est sans ambiguïté : « Le directeur de la maison d’arrêt ne procède à la libération des détenus, qu’en vertu d’un titre de mise en liberté, signé des magistrats compétents. Ce n’est pas à moi de signer un titre de mise en liberté. On ne vient pas à la maison d’arrêt quand on veut et on ne sort pas de la maison d’arrêt quand on veut ».

En attendant un probable procès courant janvier, les prévenus restent en prison.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.