France: ouverture à Versailles du nouveau procès des agresseurs de Brahim Déby - Afrique - RFI

 

  1. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Mémoire d'un continent
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU L'épopée des musiques noires
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Idées
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Idées
  12. 17:00 TU Journal
  13. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  14. 17:30 TU Journal
  15. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Dimanche politique
  18. 18:30 TU Journal
  19. 18:33 TU Sessions d'information
  20. 18:40 TU Littérature sans frontières
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  25. 20:00 TU Journal
  1. 14:10 TU Musiques du monde
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Musiques du monde
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Musiques du monde
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Musiques du monde
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Idées
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Idées
  12. 17:00 TU Journal
  13. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  14. 17:30 TU Journal
  15. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  18. 18:30 TU Journal
  19. 18:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  20. 19:00 TU Journal
  21. 19:10 TU Mémoire d'un continent
  22. 19:30 TU Journal
  23. 19:40 TU Littérature sans frontières
  24. 20:00 TU Journal
  25. 20:10 TU Dimanche politique
fermer

Afrique

France Idriss Déby Itno Justice Tchad

France: ouverture à Versailles du nouveau procès des agresseurs de Brahim Déby

media

Ce lundi 7 janvier s'ouvre devant le tribunal de grande instance de Versailles le nouveau procès des cinq agresseurs de Brahim Déby, l'un des fils du président tchadien, mortellement agressé en juillet 2007 dans le parking de son immeuble à Courbevoie, en banlieue parisienne. Le verdict de la cour d'assises rendu en juillet 2011 n'a pas convenu le parquet général de ce tribunal qui a donc fait appel.

Il n'est pas exceptionnel que le ministère public réclame des peines plus lourdes et donc fasse appel du verdict. En juillet 2011, la cour d'assises des Hauts-de-Seine dans la banlieue parisienne, avait condamné quatre des cinq accusés a des peines s'échelonnant de cinq a treize ans, le cinquième une jeune femme considérée comme complice des faits, avait été acquitté.

L’appel du parquet général de Versailles a pour effet de mettre à néant la décision de la cour d'assises. En clair, cela veut dire que l'affaire redémarre à zéro.

Les condamnations en première instance sont purement et simplement annulées, et les cinq agresseurs de Brahim Déby sont de fait considérés juridiquement comme à nouveau présumés innocents jusqu'au nouveau jugement.

Le 2 juillet 2007, Brahim Déby avait été retrouvé mort dans le parking de son immeuble. Son appartement avait été fouillé par ses agresseurs qui avaient pu dérober 50 000 euros. Le fils du président de l'Etat tchadien menait un train de vie dispendieux et cumulait les fréquentations douteuses.

Lors du premier procès, seuls deux des agresseurs poursuivis pour « vol avec violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner », avaient reconnu les faits. L’avocat général, qui avait requis des peines de 10 a 20 ans, n'avait pas obtenu gain de cause. Une raison qui a poussé le parquet général à réclamer un deuxième procès.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.