Madagascar: inquiétudes autour des moyens financiers censés assurer la tenue des élections - Afrique - RFI

 

  1. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  2. 13:30 TU Journal
  3. 13:33 TU Le coq chante
  4. 14:00 TU Journal
  5. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  6. 14:30 TU Journal
  7. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  8. 15:00 TU Journal
  9. 15:10 TU Mémoire d'un continent
  10. 15:30 TU Journal
  11. 15:33 TU L'épopée des musiques noires
  12. 16:00 TU Journal
  13. 16:10 TU Idées
  14. 16:30 TU Journal
  15. 16:33 TU Idées
  16. 17:00 TU Journal
  17. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  18. 17:30 TU Journal
  19. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU Dimanche politique
  22. 18:30 TU Journal
  23. 18:33 TU Sessions d'information
  24. 18:40 TU Littérature sans frontières
  25. 19:00 TU Journal
  1. 13:10 TU Littérature sans frontières
  2. 13:30 TU Journal
  3. 13:33 TU Le coq chante
  4. 14:00 TU Journal
  5. 14:10 TU Musiques du monde
  6. 14:30 TU Journal
  7. 14:33 TU Musiques du monde
  8. 15:00 TU Journal
  9. 15:10 TU Musiques du monde
  10. 15:30 TU Journal
  11. 15:33 TU Musiques du monde
  12. 16:00 TU Journal
  13. 16:10 TU Idées
  14. 16:30 TU Journal
  15. 16:33 TU Idées
  16. 17:00 TU Journal
  17. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  18. 17:30 TU Journal
  19. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  22. 18:30 TU Journal
  23. 18:33 TU Sessions d'information
  24. 18:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  25. 19:00 TU Journal
fermer

Afrique

Madagascar Marc Ravalomanana Andry Rajoelina

Madagascar: inquiétudes autour des moyens financiers censés assurer la tenue des élections

media Andry Rajoelina, président malgache de la Transition, lors du 32e sommet de la SADC, Maputo, le 18 août 2012. AFP/Stephane De Sakutin

Les élections à Madagascar sont-elles menacées par le manque de moyens financiers ? A quatre mois du premier tour du scrutin présidentiel, la Cénit, la Commission électorale nationale indépendante, a fait part de ses inquiétudes concernant les avancées du recensement et des fonds disponibles pour l’organisation des élections. Dans la classe politique, les avis divergent.

Le recensement n’est pas terminé, 700 000 personnes en âge de voter n’ont pas de carte d’identité, et 13 millions de dollars pour financer l’organisation des élections restent à trouver. Autant d’inquiétudes pour la Cénit, la Commision électorale nationale indépendante. Elles sont partagées par une partie de la classe politique, à l'instar de Hanitra Razafimanantsoa, l’une des dirigeantes de la mouvance de l’ancien président Marc Ravalomanana :

« On constate qu’il y a un retard par rapport à ce qui a été prévu parce qu’il y a un manque de volonté réel de la part du pouvoir actuel d’aller vers les élections dans les normes que tout le monde souhaite. Cela accroît l’incertitude sur la tenue des élections, à quatre mois de l’échéance », a-t-elle précisé.

Hery Rajaonarimampianina, le ministre des Finances, un proche du président de la Transition, Andry Rajoelina, assure au contraire que tout sera prêt à temps. « Sur le plan financier, le gouvernement malgache a déjà mis 9 millions de dollars, nous avons débloqué tout ce que la Cénit a demandé. On est autour de 90% de carnets ramassés, donc si je ne m’en tiens qu’aux différents aspects logistiques et financiers, les élections auront bel et bien lieu aux dates prévues », a-t-il précisé.

Le premier tour de l’élection présidentielle doit avoir lieu le 8 mai prochain.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.