RCA: les rebelles de la Seleka s'approchent de Damara, dernier verrou avant Bangui


©

Selon les autorités centrafricaines, les rebelles de la Seleka sont à 12 kilomètres de Damara, ville située à 75 km au nord de Bangui et considérée comme le dernier verrou protégeant la capitale. C'est également dans cette ville qu'est stationnée la force d'interposition d'Afrique centrale. Les rebelles, injoignables dimanche soir, n'ont pas confirmé. Par ailleurs, l'Afrique du Sud a envoyé cette semaine un contingent de 400 hommes à Bangui aux côtés des forces centrafricaines.

Depuis quatre jours, les rebelles font des exercices de tirs à l'arme lourde qui sont entendus dans tout Damara.
Josué Binoua
10-10-2013 - Par Boniface Vignon



A Bangui, le régime a reçu le renfort cette semaine d'un important contingent de soldats sud-africains « bien équipé », basé non loin de la résidence du président, selon une source militaire, d'après les informations de l'AFP. Des informations confirmées ce dimanche 6 janvier par la présidence sud-africaine et le ministère de la Défense qui assure avoir déployé 400 soldats pour soutenir l'armée centrafricaine.

L'Afrique du Sud a déjà des soldats déployés en République centrafricaine dans le cadre de la coopération miliaire entre les deux pays. Le mandat court jusqu'en mars 2018. Mais, il y a quelques jours, Jacob Zuma a autorisé l'envoi d'un nouveau contingent. Mac Maharaj, le porte-parole de la présidence sud-africaine, assure que ce dernier va travailler conjointement avec le dispositif de la force multinationale d'Afrique centrale et avec les 600 soldats français également à Bangui. Mais il ne précise pas où ils sont exactement déployés.

« Le président Jacob Zuma a autorisé le déploiement de 400 membres des forces nationales de défense sud-africaines en République centrafricaine, pour apporter leur soutien conformément à une obligation internationale de l'Afrique du Sud envers la Centrafrique. Ces soldats sont employés depuis le 2 janvier de cette année et ce jusqu'au 31 mars. Ils vont aider notamment l'armée centrafricaine à s'organiser, mais également à planifier et instaurer les processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration. L'envoi des troupes sud-africaines en Centrafrique doit participer aux efforts sud-africains pour apporter la paix et la stabilité dans la région », a ainsi expliqué le porte-parole de la présidence sud-africaine.

En 2007, lors de l'opération Morero, les troupes de l'armée sud-africaines étaient déjà intervenues pour sécuriser le palais présidentiel à Bangui.


 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.