Guinée : reprise du procès des présumés auteurs de l’attaque du domicile du président Alpha Condé - Afrique - RFI

 

  1. 19:10 TU Grand reportage
  2. 19:30 TU Journal
  3. 19:40 TU Sessions d'information
  4. 20:00 TU Journal
  5. 20:10 TU La bande passante
  6. 20:30 TU Journal
  7. 20:33 TU La bande passante
  8. 21:00 TU Journal
  9. 21:10 TU Couleurs tropicales
  10. 21:30 TU Journal
  11. 21:33 TU Couleurs tropicales
  12. 22:00 TU Sessions d'information
  13. 22:30 TU Sessions d'information
  14. 23:00 TU Journal
  15. 23:10 TU Accents d'Europe
  16. 23:30 TU Journal
  17. 23:33 TU Danse des mots
  18. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  19. 19:30 TU Journal
  20. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  21. 20:00 TU Journal
  22. 20:10 TU Musiques du monde
  23. 20:30 TU Journal
  24. 20:33 TU Musiques du monde
  25. 21:00 TU Journal
  1. 19:10 TU Décryptage
  2. 19:30 TU Journal
  3. 19:40 TU Débat du jour
  4. 20:00 TU Journal
  5. 20:10 TU La bande passante
  6. 20:30 TU Journal
  7. 20:33 TU La bande passante
  8. 21:00 TU Journal
  9. 21:10 TU Radio foot internationale
  10. 21:30 TU Journal
  11. 21:33 TU Radio foot internationale
  12. 22:00 TU Sessions d'information
  13. 22:30 TU Sessions d'information
  14. 23:00 TU Journal
  15. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  16. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Suivez en direct l'évolution de la situation.

fermer

Afrique

Alpha Condé Guinée

Guinée : reprise du procès des présumés auteurs de l’attaque du domicile du président Alpha Condé

media

Le procès de trente-trois personnes mises en cause dans l'attaque de la résidence du président Alpha Condé en juillet 2011, qui a été suspendu en décembre en raison du décès du greffier, a repris le 7 janvier à la cour d’appel de Conakry. Les accusés, parmi lesquels figurent  dix-huit militaires et une femme, sont arrivés au tribunal escortés par une demi-douzaine de véhicules de l'armée et de la police. Ils étaient menottés. Le commandant Alpha Oumar Diallo dit Boffa, soupçonné d'être le cerveau de l'attaque, a été le premier des accusés à s'exprimer.

Ces accusés, dont Alpha Oumar Diallo, dit Boffa, considéré, à tort ou à raison, comme le cerveau du commando auteur présumé de l’attaque de la résidence privée du président Alpha Condé, sont apparemment bien portants.

Sur certains visages, on lisait facilement un soulagement d’être enfin présentés devant un tribunal, fut-il une cour d’assises. Ils ont tous été renvoyés devant cette juridiction par la chambre de mise en accusation de la cour d’appel de Conakry après avoir été pour certains une première fois élargie par cette même chambre. Mais le parquet général, chef de poursuite et la partie civile du président Condé lui-même ont interjeté un pourvoi en cassation.

Ils sont poursuivis pour entre autres association de malfaiteurs, assassinats, tentative d’assassinats contre l’autorité de l’Etat, détention illégale d’armes de guerre.
Si certains sont heureux d’être encore en vie et dans le box des accusés, d’autres comme le colonel Issiaga Camara neveu de l’ancien président Conté et le colonel et Abdoulaye Aidor Bah, sont morts en détention.

Quant au général Nouhou Thiam, ancien chef d’état-major général des armées de la transition et trois autres ont été renvoyés devant un tribunal militaire.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.