RDC : l’Assemblée congolaise cible-t-elle les soutiens de Tshisekedi? - Afrique - RFI

 

  1. 05:30 TU Journal
  2. 05:40 TU Sessions d'information
  3. 06:00 TU Journal
  4. 06:15 TU Sessions d'information
  5. 06:30 TU Journal
  6. 06:43 TU Sessions d'information
  7. 07:00 TU Journal
  8. 07:10 TU Une semaine d'actualité
  9. 07:30 TU Journal
  10. 07:33 TU Une semaine d'actualité
  11. 08:00 TU Journal
  12. 08:10 TU Atelier des médias
  13. 08:30 TU Journal
  14. 08:33 TU Atelier des médias
  15. 09:00 TU Journal
  16. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  17. 09:30 TU Journal
  18. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  19. 10:00 TU Journal
  20. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  21. 10:30 TU Journal
  22. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  23. 11:00 TU Journal
  24. 11:10 TU Sessions d'information
  25. 11:30 TU Journal
  1. 05:30 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:10 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Sessions d'information
  9. 07:43 TU Sessions d'information
  10. 08:00 TU Journal
  11. 08:10 TU Archives d'Afrique
  12. 08:30 TU Journal
  13. 08:40 TU Archives d'Afrique
  14. 09:00 TU Journal
  15. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  16. 09:30 TU Journal
  17. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  18. 10:00 TU Journal
  19. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  20. 10:30 TU Journal
  21. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  22. 11:00 TU Journal
  23. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  24. 11:30 TU Journal
  25. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
fermer

Afrique

Etienne Tshisekedi RDC

RDC : l’Assemblée congolaise cible-t-elle les soutiens de Tshisekedi?

media

L’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC) a invalidé, le 8 janvier, le mandat du député d’opposition Roger Lumbala - qui soutient ouvertement la rébellion du M23 - pour absentéisme. Le même jour, l’Assemblée a aussi tranché, cette fois-ci en faveur de la levée d’immunité du député d’opposition, Eugène Diomi Ndongala, accusé de viol sur mineures. Tous deux s’estiment victimes d’une cabale politique visant à neutraliser les soutiens de l’opposant Etienne Tshisekedi.

L’opposant congolais Roger Lumbala a vu son mandat de député invalidé et la raison réglementaire qui a permis cette décision est son absentéisme au Parlement. Ce soutien d'Etienne Tshisekedi s’est réfugié en France l’année dernière après avoir été accusé de complot contre le chef de l’Etat.

Le ministre congolais de l’Intérieur avait alors affirmé que Lumbala était complice du M23. Une accusation pratiquement assumée puisqu’il fait maintenant partie de la délégation rebelle du M23 - il est le n°2 de la délégation - en vue des pourparlers de Kampala, avec le gouvernement congolais. Il dit n'avoir pas adhéré à ce mouvement mais soutenir la même cause.

Parallèlement à l’invalidation du mandat de Lumbala, le ministre congolais de l’Intérieur, Richard Muyej Mangez, a par ailleurs pris un arrêté qui suspend – sur toute l’étendue de la RDC - les activités du parti de Lumbala, le Rassemblement congolais pour la démocratie-national (RCD/N), un ancien mouvement rebelle transformé en parti politique en 2003. Selon le ministre, le parti « cautionne tout ce que le M23 a fait : vols, viols, destructions. Ils en partagent la responsabilité en toute conscience », a-t-il justifié.

Joint par RFI, Roger Lumbala a protesté contre la décision de l’Assemblée nationale qui met en avant son absentéisme. Pour lui, la raison réelle de l’invalidation de son mandat est politique. Il dénonce une entreprise de chasse aux opposants, proches d’Etienne Tshisekedi.

Nous attendons que M. Tshisekedi retrouve son imperium afin que la démocratie puisse régner en RDC
Roger Lumbala Leader du Rassemblement congolais pour la démocratie-national (RCD/N) 10/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

Roger Lumbala, qui risque des poursuites pour « haute trahison », a été candidat à la présidentielle de 2006 et a été réélu, fin 2011, député au nom d’une plateforme politique qu’il a lui-même créée.

Eugène Diomi Ndongala, un opposant « dérangeant »

Pour l’autre opposant congolais, Eugène Diomi Ndongala, président de la Démocratie chrétienne et, par ailleurs, porte-parole de la Majorité présidentielle populaire  - groupe de partis qui soutiennent Etienne Tshisekedi – la décision est différente. Son mandat n'est pas remis en cause mais l’Assemblée nationale a décidé de lever son immunité parlementaire.

Cela signifie qu’il peut maintenant être poursuivi par la justice, en l’occurrence pour une affaire de viol sur mineures. Diomi Ndongala avait disparu, l’année dernière, pendant cent jours, « enlevé par les services secrets » disait-il, alors que les autorités congolaises affirmaient qu’il était en cavale.

Pour Diomi Ndonga, joint par RFI, cette affaire est un montage ; il  affirme que le pouvoir veut se débarraser de lui parce qu'il dérange.

Je suis l’homme le plus dérangeant par rapport au régime en place
Eugène Diomi Ndongala Président de la Démocratie chrétienne 10/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

L’Assemblée nationale congolaise compte 500 députés dont plus de 300 représentent des partis membres de la plateforme présidentielle. Elle a sanctionné ces deux élus par 216 voix contre 80.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.