La Banque centrale égyptienne change de visage

Changement à la tête de la Banque centrale égyptienne. Le gouverneur Farouk al-Oqda cède la place à son ancien adjoint Hicham Ramez, qui avait quitté ses fonctions en 2011. Cette passation de pouvoir intervient à un moment particulièrement difficile pour l'économie egyptienne.

Le gouverneur de la Banque centrale avait fait une fausse sortie le 22 décembre, lorsque l'annonce de sa démission par la télévision avait été démentie. Cette fois, c'est vrai. Et le président Morsi l'a acceptée.

Le futur gouverneur de la Banque centrale, qui prendra ses fonctions en février, a estimé qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter pour l'Egypte et que la situation était sous contrôle. Et pourtant, fin décembre, la Banque centrale avait elle-même tiré la sonnette d'alarme face au niveau des réserves de change passées de 36 milliards de dollars à 15 milliards en deux ans, un niveau qualifié de « critique ».

De plus, la devise égyptienne a chuté à son plus bas niveau par rapport au dollar avec l'annonce de mesures limitant les sorties de capitaux. Côté positif, l'Egypte a repris les discussions avec le Fond monétaire international (FMI) pour l'octroi d'un prêt de 4,8 milliards de dollars et le Qatar a doublé son aide, passant à 1 milliard de dollars de dons et 4 milliards de dépôt dans les banques égyptiennes.