Le gouvernement de RDC rappelle le caractère criminel du M23 - Afrique - RFI

 

  1. 18:10 TU Décryptage
  2. 18:30 TU Journal
  3. 18:33 TU Sessions d'information
  4. 18:40 TU Débat du jour
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Grand reportage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Sessions d'information
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU La bande passante
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Couleurs tropicales
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Couleurs tropicales
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Accents d'Europe
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Danse des mots
  23. 18:10 TU Décryptage
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:33 TU Sessions d'information
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU La bande passante
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU La bande passante
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Autour de la question
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Autour de la question
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

M23 RDC

Le gouvernement de RDC rappelle le caractère criminel du M23

media Roger Lumbala, le député de l'opposition congolaise qui a rejoint le M23. Wat.tv

Alors que les discussions reprennent à Kampala entre le M23 et le pouvoir de Kinshasa, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a répété ce vendredi lors d’une conférence de presse qu’il ne serait pas question qu’un éventuel accord viole la Constitution, autrement dit l’ordre établi. Il est également revenu sur le cas Lumbala, ce député d’oppositon qui a rejoint le M23.

Lambert Mende met en garde ceux qui voudraient suivre le parlementaire Roger Lumbala, qui s’est joint à la délégation du M23 à Kampala. Pour le ministre porte-parole, les discussions actuelles entre le gouvernement et le M23 n’enlèvent rien au caractère criminel, dit-il, de l’organisation. « Tout apport à une organisation criminelle est un acte criminel. C’est ce que Monsieur Lumbala est en train d’apprendre à ses dépens. N’importe qui, un général, un député, qui irait au M23, sait quel est le sort qui l’attend. C’est le sort qu’on inflige à tous les criminels », a ainsi affirmé Lambert Mende.

Le M23 pose un véritable dilemme à une partie de l’opposition congolaise. Ce mouvement a des objectifs qui sont ceux de l’opposition ; mais les opposants n’ont pas pour autant envie de se jeter dans les bras d’un groupe armé, qui plus est considéré comme pro-rwandais. Les Forces acquises au changement, par exemple, affirment qu’il y a une crise de légitimité du pouvoir, qu’il doit y avoir un dialogue avec un médiateur.

Mais les FAC ne se précipitent pas vers le M23, comme le dit leur modérateur Jean-Pierre Lisanga : « Nous ne pouvons pas dire à cette étape que nous sommes tentés de rejoindre le M23. L’opposition veut assister à un dialogue en tant que composante. Nous voulons qu’on invite l’opposition comme entité. Nous allons répondre dans l’intérêt du peuple congolais ».

Même si elle a été maintes fois évoquée, cette invitation de l’opposition par le médiateur, l’Ouganda, n’a pas été formulée

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.