Mali: la contre-offensive stoppe la progression des jihadistes - Afrique - RFI

 

  1. 07:33 TU Religions du monde
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU La marche du monde
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:33 TU La marche du monde
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU Internationales
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:32 TU Internationales
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:10 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 11:40 TU Littérature sans frontières
  19. 12:00 TU Journal
  20. 12:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  21. 12:30 TU Journal
  22. 12:33 TU Le coq chante
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  25. 13:30 TU Journal
  1. 07:43 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Le débat africain
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Le débat africain
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Religions du monde
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Religions du monde
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU Internationales
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:32 TU Internationales
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  20. 12:30 TU Sessions d'information
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Littérature sans frontières
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Le coq chante
  25. 14:00 TU Journal
fermer

Afrique

Ansar Dine AQMI Défense Dioncounda Traoré François Hollande Mali Mujao

Mali: la contre-offensive stoppe la progression des jihadistes

media

L'armée malienne a lancé vendredi avec le soutien de la France et de plusieurs pays africains une contre-offensive dans le centre du Mali, pour repousser l'avancée des islamistes vers le Sud. Cet engagement aurait permis, selon un haut gradé de l'armée malienne, de reprendre la localité de Konna, où la situation serait encore calme ce samedi matin 12 janvier.

Les populations civiles ont quitté Konna, dans le centre du pays, qui avait été prise par les groupes islamistes jeudi. Plusieurs bâtiments ont été criblés de balles après de violents combats. Personne n’a, jusqu’ici, avancé de bilan précis, mais les morts seraient très nombreux, de part et d’autre, entre les jihadistes et l'armée malienne.

La journée de samedi devrait être décisive. Au lendemain de la proclamation de l'état d'urgence par le président de transition, Dioncounda Traoré, Bamako s'est réveillée dans le calme ce matin.

L'arrivée des Français a clairement gelé la progression des islamistes. Aucun détail n’a été donné sur le nombre de soldats français ou sur les moyens logistiques qui ont été mobilisés, mais on sait par exemple que huit avions se sont posés sur la piste de Sévaré et que plusieurs hélicoptères sont entrés en jeu.

L'engagement français pourrait impliquer les avions basés au Tchad. La France y dispose de cinq Mirages : deux appareils de reconnaissance et trois appareils d'attaque au sol. Mais cet engagement pourrait plus certainement concerner les hélicoptères basés à Ouagadougou. Moins éloignées, et plus flexibles, les Gazelles d'attaque au sol sont l'outil idéal dans ce type d'opération.

Vendredi, deux hélicoptères non identifiés ont tiré sur des positions jihadistes à Konna. Pour l'heure, Paris ne confirme pas que des hélicoptères français sont engagés sur le terrain.

Seule information confirmée de source diplomatique : plusieures dizaines de commandos des forces spéciales ont été envoyés à Sévaré, ainsi que du matériel. Ces commandos sont indispensables, notamment pour le guidage des hélicoptères et des avions.

Ce que l'on sait aussi avec certitude, c'est que Paris avait renforcé considérablement son système de renseignement dans la région. Les militaires français connaissent avec une bonne précision, la puissance de feu des combattants jihadistes et peuvent désormais suivre leurs mouvements sur le terrain.

Par ailleurs, les pays d'Afrique de l'Ouest autorisent l'envoi immédiat de troupes, dans le cadre de la force internationale de soutien au Mali, comme l'a déclaré dans la soirée le président en exercice de la Cédéao, l'Ivoirien Alassane Ouattara. Les Etats-Unis, eux, envisagent d'aider la France grâce à un appui logistique et des drones de surveillance.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.