Mali: le déploiement de la force africaine se met en place

Le Nigeria, qui commandera la Misma, doit envoyer 600 hommes au Mali.
© AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI

Au Mali, la décision française d'engager ses militaires dans la guerre contre les jihadistes a été saluée par la majorité des partenaires occidentaux et africains. Sur le terrain, l'opération militaire internationale s'organise. Les premiers soldats africains pourraient arriver dans les tous prochains jours. L'état-major de la Misma, la force africaine, se mettra en place à Bamako dès ce dimanche.

Notre dossier spécial Mali

La force africaine est sur le pied de guerre. L'état-major de la Misma se met en place. Le général nigérian Shehu Abdulkadir et son adjoint nigérien, le général Yayé Garba, seront à Bamako dès ce dimanche. Forts d'une longue expérience dans des missions onusiennes, les deux hommes vont organiser l’arrivée et le déploiement des troupes africaines. « Nos soldats viendront en appui aux militaires maliens, sur le front », confirme un responsable de la Cédéao.

Quatre bataillons sont attendus dans les prochains jours : un nigérian, un nigérien, un togolais et un burkinabè. Ce dernier sera chargé de la sécurisation à Bamako ou Sévaré. Au total, 2 000 hommes, sur les 3 500 prévus par cette mission de la Misma.

600 soldats nigérians attendus

Selon le représentant de la Cédéao en poste au Mali, Chéaka Touré, le Nigeria a déjà déployé une mission technique d'appui aérien à Bamako, chargé de remettre en état les six avions militaires maliens. Le Nigeria a par ailleurs promis de mettre quatre avions de chasse à la disposition de cette mission. Les appareils seront basés à Niamey.

Le Nigeria est la plus grande puissance militaire de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest. Selon des sources concordantes, le pays va contribuer à la hauteur de 600 hommes.

Reste à savoir quand le déploiement des troupes aura lieu. Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné son feu vert vendredi, mais les autorités nigérianes n’ont pas souhaité s’avancer sur la date de l’envoi de leurs forces. Une source militaire, qui a tenu à garder l’anonymat, a d’ailleurs mis en garde contre toute déclaration hâtive suite à l’intervention française. « Plusieurs points techniques et financiers doivent encore être réglés, a-t-il dit. Jusque là, nous ne sommes pas prêts à intervenir ; notre déploiement ne se fera pas dans l’immédiat. »

La médiation burkinabè mise à mal

Ce déploiement militaire se fait aux dépens de l’activité diplomatique, et force est de constater que le dialogue avec les groupes armés du nord du Mali a du plomb dans l'aile. La réunion prévue le 19 janvier prochain entre le gouvernement de Bamako, le MNLA et Ansar Dine sous l'égide du médiateur burkinabè Blaise Compaoré n'a manifestement plus raison d'être.

Un constat s'impose : l'approche burkinabè a échoué. Le forcing opéré par Ouagadougou pour convaincre qu'il ne fallait pas diaboliser Ansar Dine et son chef Iyad Ag Ghali était manifestement une approche erronée. C'est sur la base de cette thèse que la médiation a intégré Ansar Dine comme un partenaire fréquentable. Tout cela est fini, constate un responsable politique malien. C'était une grossière erreur de croire que ce type de mouvement renoncerait à ses liens avec Aqmi, et donc avec le terrorisme, note de son côté un ministre nigérien.

Reste que si le Burkina peut être l'objet de critiques dans sa manière de conduire la médiation, Ouagadougou n'est pas seul. L'Algérie a elle aussi, et plus encore, contribué à donner du crédit à Ansar Dine, parfois même au détriment des touaregs du MNLA. Ce samedi, le ministre des Affaires étrangères burkinabè ne se faisait guère d'illusions : la priorité, a déclaré Djibril Bassolé, est à l'action militaire.

La seule chose que le médiateur demande aux parties, mais en particulier aux groupes armés, est d'arrêter les exactions et de n'entraver en rien le déploiement des forces internationales.

Djibrill Bassolé
13-01-2013 - Par RFI

L’Algérie en négociatrice

Ce samedi, en fin d’après-midi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a publié un communiqué prudent dont les Algériens ont pris l’habitude : l’Algérie suit avec une grande préoccupation les derniers développements au Mali. Sauf que cette fois, Amar Belani insiste. Cette intervention militaire est une décision souveraine de Bamako ; l’Algérie ne condamne donc pas l’arrivée de soldats français, mais exprime son soutien non équivoque aux autorités maliennes de transition.

Alger condamne également « les attaques menées par les groupes terroristes dans la région de Mopti ». Des attaques que l’Algérie considère comme une nouvelle agression contre l’intégrité territoriale du Mali. Malgré le début des combats, Alger veut maintenir sa position de négociateur. Le Premier ministre malien Diango Cissoko est attendu à Alger dans la journée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.