Le Mali au menu de la réunion tripartite entre l'Algérie, la Libye et la Tunisie

Le Premier ministre libyen, Ali Zidane, lors de la réunion de Ghadamès, le 12 janvier 2013.
© AFP/MAHMUD TURKIA

Les trois Premiers ministres algérien, Abdel Maleck Sellal, tunisien, Hamadi Jebali et libyen Ali Zidane, se sont retrouvés samedi 12 janvier à Ghadamès, en Libye, pour aborder la question de la crise malienne, de la sécurité et de la coopération entre leurs trois pays. Il s’agit d’une première rencontre tripartite. Les frontières du sud-libyen ont été fermées le 16 décembre, mais la frontière nord avec la Tunisie reste ouverte.

Au menu de la rencontre, trois points essentiels : le Mali, la sécurité régionale et le renforcement de la coopération entre les trois voisins.

Concernant la crise malienne, les trois hommes ont exprimé leur inquiétude face au risque sécuritaire, et ont déclaré vouloir travailler ensemble. Ils ont également fait part de leur volonté d’éviter le recours à la force tant que possible.

La Libye n’a pas de frontière commune avec le Mali, mais elle est touchée par les mouvements d’armes et de combattants. En décembre, Tripoli avait d’ailleurs annoncé la fermeture de ses frontières avec tous ses voisins du Sud, Tchad, Niger, Soudan et Algérie.

Avec plusieurs milliers de kilomètres de frontière commune, la sécurité régionale et dans les zones frontalières a longuement été abordée. Les postes de contrôle et des patrouilles devraient être mis en place le long des frontières.

Plusieurs membres de la famille de Mouammar Kadhafi se sont réfugiés en Algérie, mais le sujet épineux n’a pas été soulevé lors de cette rencontre.

Les trois pays souhaitent également renforcer leur coopération, notamment en mettant en place une réunion tripartite régulière tous les quatre mois, à laquelle pourraient participer à terme la Mauritanie et le Maroc.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.