Mali: calme, espoir et inquiétude à Bamako - Afrique - RFI

 

  1. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Sessions d'information
  10. 12:30 TU Journal
  11. 12:33 TU Sessions d'information
  12. 12:40 TU Orient hebdo
  13. 13:00 TU Journal
  14. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  15. 13:30 TU Journal
  16. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  17. 14:00 TU Journal
  18. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 14:30 TU Journal
  20. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  21. 15:00 TU Journal
  22. 15:10 TU Si loin si proche
  23. 15:30 TU Journal
  24. 15:33 TU Si loin si proche
  25. 16:00 TU Journal
  1. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Afrique presse
  10. 12:30 TU Sessions d'information
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU La marche du monde
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU La marche du monde
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU Atelier des médias
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU Atelier des médias
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Si loin si proche
  25. 16:30 TU Journal
fermer

Afrique

Mali

Mali: calme, espoir et inquiétude à Bamako

media Patrouille de soldats maliens à Bamako, le 12 janvier 2013. REUTERS/Joe Penney

Des raids aériens de l'aviation française sont en cours au Mali, ce dimanche 13 janvier, pour «liquider» les groupes islamistes armés, a indiqué Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. «Il y a des raids en permanence. Il y en a en ce moment, il y en a eu cette nuit, il y en aura demain», a déclaré le ministre, soulignant que l'avancée des groupes armés n'est pas «totalement empêchée». Pendant ce temps, à près de 700 km de là, dans la capitale Bamako, la population reste partagée entre l'espoir de la reconquête et la crainte des jours à venir.

L’espoir règne à Bamako, parce que la libération de Konna donne du baume au cœur à une population qui attend depuis neuf mois que les deux tiers nord du pays soient libérés, et aussi parce que cette première victoire est peut-être aussi un premier pas décisif.

La ville est calme, parce que les combats se déroulent à plusieurs centaines de kilomètres. Les rues ne sont pas vides, les gens circulent, les marchés sont remplis. Bref, la vie continue presque normalement.

Presque normalement, car c’est aussi l’inquiétude. L’issue et la durée des combats sont évidemment encore incertains, et donc sources de préoccupations. Surtout, l’état d’urgence a été décrété dans tout le pays, ce qui signifie que des perquisitions peuvent avoir lieu jour et nuit et en tous lieux. Le gouvernement a pris soin de le rappeler, dans un communiqué diffusé hier en fin de journée.

Autre précision apportée par le gouvernement, les autorités sont dorénavant susceptibles de prendre toutes les mesures appropriées, pour assurer le contrôle de la presse, des radios et des télévisions.


Les soldats français à Bamako

Désormais, les soldats français sont aussi positionnés en nombre dans la capitale malienne. Ils sont arrivés samedi à l’aéroport. Ce sont des hommes qui appartiennent au groupement tactique interarmes, le fameux GTIA, comprenant des forces françaises justement prépositionnées en Afrique, notamment en Côte d’Ivoire et au Tchad.

Un bon accueil leur a été réservé. Une partie de ces troupes va rester à Bamako – environ 200 – et l’objectif sera d’assurer la sécurité des ressortissants français, mais de sécuriser également la ville elle-même.

Une autre partie des troupes devrait rapidement aller se positionner au Nord, avec dans un premier temps comme mission, après avoir stoppé l’avancée des jihadistes, de stabiliser le front.


Sanogo sort de son silence

Le capitaine Amadou Haya Sanogo, président du Comité militaire de suivi des réformes des forces de défense et de sécurité du Mali, ex-chef de la junte qui a opéré le coup d'Etat du 22 mars 2012, s'est exprimé au micro de la Radio Télévision malienne, pour exprimer sa joie après l'intervention française, à l'occasion d'une visite aux blessés à l'hopital :

« Nous nous félicitons d’avoir l’assistance française à nos côtés aujourd’hui et qui a joué un rôle prépondérant, capital, dans le soutien aérien, et pour ces opérations aujourd’hui.

À l’instant où je vous parle, je parle ravi, pour la simple raison que les dégâts – secret militaire oblige je ne parlerai pas de tout ça aujourd’hui à la télévision -, mais je dirai quand même merci à tous nos partenaires qui sont à notre chevet aujourd’hui ».

Abdel Krim dit «Kojak», a été tué dans les combats ces derniers jours au Mali entre l'armée, appuyée par des troupes françaises, et les jihadistes, a annoncé ce dimanche une source sécuritaire régionale. Ce lieutenant du chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, aurait été tué dans les combats qui ont opposé vendredi et samedi l'armée malienne et ses alliés français aux jihadistes à Konna, dans le centre du Mali.

Ces combats ont fait 11 morts et une soixantaine de blessés dans les rangs de l'armée malienne, selon le président malien de transition Dioncounda Traoré. Un officier français, pilote d'hélicoptère, a aussi été tué. Aucun bilan n'a été communiqué pour le camp des jihadistes, mais l'armée malienne a évoqué une centaine d'islamistes tués à Konna.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.