Exclusivité RFI: le récit du raid aérien français à Gao, au Mali


©

L’opération militaire de l’armée française en soutien aux forces maliennes contre les islamistes qui tiennent le nord du pays en est à son troisième jour. Dimanche 13 janvier, pour la première fois, c’est le nord du Mali, fief des jihadistes, qui a été visé par l’aviation française, à Gao et dans la région de Kidal. Dans le même temps, la Grande-Bretagne a concrétisé sa promesse d'aide logistique à la France dans son opération militaire au Mali. 

La population est très à l'aise aujourd'hui, il y en a qui crient «Vive la France, vive Hollande !»
Témoignage d'un habitant de Gao
11-10-2013 - Par Ghislaine Dupont

Les frappes aériennes visant les infrastructures des jihadistes à Gao resteront comme le premier raid au Mali mené depuis le territoire français.

Les quatre Rafale ont décollé de Saint-Dizier, dans l’est de la France, la base-mère des Rafale, pour une mission de huit heures et demie. Sous leurs ailes, des bombes de précision de 250 kilos. Les objectifs visés étaient des camps d’entraînement, des infrastructures, des dépôts de carburants. Au total, une vingtaine de bombes ont été larguées.

Les avions, accompagnés de leurs ravitailleurs, ont mis le cap vers Ndjamena, renforçant le dispositif français qui compte à présent douze avions de combat et cinq citernes volantes. La mission aura nécessité toute une série de ravitaillements en vol.

Avant de frapper leurs cibles dans la région de Gao, les Rafale ont survolé le Maroc et une partie de la Mauritanie. La ligne droite par l’Algérie aurait été un peu plus courte, mais la question du survol du territoire algérien par des avions armés est toujours une affaire délicate d’un point de vue diplomatique.

« Des raids en permanence »

Pour la seule journée de dimanche, l’armée de l’Air française a effectué une douzaine de missions de guerre. D’autres raids sont prévus cette nuit. Comme durant les opérations en Libye, des avions ravitailleurs américains, basés en Afrique de l’Ouest, pourraient venir soutenir l’armée de l’Air française.

Selon l'AFP, les avions français ont opéré des frappes dans la région de Kidal dans la soirée, « plus précisément à Aghabo » à 50 kilomètres de la ville, selon une source de sécurité régionale. Cette zone est une des bases d'Ansar Dine. « Il y a des raids en permanence. Il y en a en ce moment, il y en a eu cette nuit, il y en aura demain », a expliqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

C'est le premier signe concret de l'assistance promise par la Grande-Bretagne à l'intervention militaire française au Mali, mais il n'y aura pas d'engagement de soldats britanniques sur le terrain.
La Grande-Bretagne concrétise son aide à Paris : un premier avion de transport militaire britannique devait quitter le Royaume-Uni aujourd’hui pour apporter une aide logistique et du matériel français au Mali.
11-10-2013 - Par Adrien Moss

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.