Afrique du Sud: reprise du procès des assaillants présumés du général rwandais Kayumba

Le général en exil Faustin Kayumba Nyamwasa lors d'une audience au tribunal de Johannesburg, le 10 juillet 2012
© AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

En Afrique du Sud, le procès des six hommes accusés d'avoir essayé d'assassiner le général rwandais et opposant Faustin Nyamwasa Kayumba a repris ce lundi 14 janvier. Le 19 juin 2010, celui-ci, réfugié en Afrique du Sud, avait été pris pour cible par des hommes armés devant son domicile de Johannesburg qui l'avaient blessé par balles. Le général accuse depuis le gouvernement de Paul Kagamé d'être derrière cette tentative d'assassinat.

L'accusation a conclu ce lundi la présentation de ses éléments à charge. Au cœur de son argumentaire, on trouve des téléphones. Ils montrent que des appels et des SMS ont été échangés aux alentours de l'heure et du lieu des deux tentatives d'assassinats, devant la maison du général Kayumba d'abord, puis à l'hôpital où il était soigné après sa blessure par balles lors de la première tentative ratée.

Des interprètes ont traduit devant la cour, d'une voix morne, une série de SMS en swahili et kinyarwanda : les directions à suivre pour se rendre dans un complexe proche du domicile du général ; de courts messages, tels que « l'homme est là » ou « boss, je vous tiendrai au courant ».

Le procureur sud-africain Shawn Abrahams se dit confiant d'avoir réussi à prouver une conspiration entre les six accusés – trois Rwandais et trois Tanzaniens. Mais au-delà du sort de ces individus, la question de l'implication éventuelle de Kigali est au cœur du procès. D'ailleurs, le 00 250, indicatif téléphonique international du Rwanda, est apparu régulièrement dans la litanie de numéros égrenés par l'accusation.

Ce mardi cependant, le ton du procès devrait changer, puisque c'est à la défense de présenter son argumentaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.