France: un hommage national a été rendu au lieutenant Damien Boiteux, tué au Mali

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rendu hommage au lieutenant Damien Boiteux, dans la cour des Invalides à Paris, ce mardi 15 janvier.
© REUTERS/Philippe Wojazer

Un hommage national a été rendu cet après-midi, mardi 15 janvier, dans la cour des Invalides à Paris au lieutenant Damien Boiteux. Il avait été tué au Mali vendredi lors de la première journée d’intervention de la France dans le pays. Au Sénat, une minute de silence a également été observée.

De notre envoyé spécial aux Invalides, Olivier Fourt

Le cercueil recouvert du drapeau français a quitté la cour des Invalides à Paris. Un hommage national rendu en présence du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, mais aussi du ministre des Affaires étrangères du Mali, Tiéman Coulibaly, et du patron du Commandement des opérations spéciales (COS), le général Gomart.

Le lieutenant Damien Boiteux est décédé au premier jour de l’intervention française au Mali, aux commandes de son hélicoptère. Il appartenait aux forces spéciales et c’est une partie de la communauté des pilotes d’hélicoptères et des forces spéciales, un monde très discret, qui est venue lui rendre hommage ce mardi.

Damien Boiteux était un habitué des théâtres de guerre africains. Il avait servi en Côte d’Ivoire, à Djibouti, en Mauritanie, et depuis 2010 au Burkina Faso à Ougadougou avec les COS.

Dans son hommage, Jean-Marc Ayrault a salué « une vie entière consacrée à la défense de la France. C’est tout un pays qui est fier de vous. Et vous entrez, aujourd’hui, j’en suis sûr, dans le cœur de nos amis maliens ». Agé de 41 ans, il s’était engagé à l’âge de 19 ans et était père d’un enfant. Il a été tué lorsque son hélicoptère a été pris sous le feu nourri des extrémistes près de Sévaré au Mali, là même où en ce moment ses camarades combattent aux côtés de l’armée malienne.