Guerre au Mali: y a-t-il un risque d’attentat au Sénégal? - Afrique - RFI

 

  1. 08:30 TU Journal
  2. 08:33 TU Une semaine d'actualité
  3. 09:00 TU Journal
  4. 09:10 TU Atelier des médias
  5. 09:30 TU Journal
  6. 09:33 TU Atelier des médias
  7. 10:00 TU Journal
  8. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  9. 10:30 TU Journal
  10. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  11. 11:00 TU Journal
  12. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  13. 11:30 TU Journal
  14. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  15. 12:00 TU Journal
  16. 12:10 TU Sessions d'information
  17. 12:30 TU Sessions d'information
  18. 13:00 TU Journal
  19. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  20. 13:30 TU Journal
  21. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  22. 14:00 TU Journal
  23. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  24. 14:30 TU Journal
  25. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  1. 08:30 TU Journal
  2. 08:40 TU Archives d'Afrique
  3. 09:00 TU Journal
  4. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  5. 09:30 TU Journal
  6. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  7. 10:00 TU Journal
  8. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  9. 10:30 TU Journal
  10. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  11. 11:00 TU Journal
  12. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  13. 11:30 TU Journal
  14. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  15. 12:00 TU Journal
  16. 12:10 TU Afrique presse
  17. 12:30 TU Sessions d'information
  18. 13:00 TU Journal
  19. 13:10 TU La marche du monde
  20. 13:30 TU Journal
  21. 13:33 TU La marche du monde
  22. 14:00 TU Journal
  23. 14:10 TU Atelier des médias
  24. 14:30 TU Journal
  25. 14:33 TU Atelier des médias
fermer

Afrique

Ansar Dine AQMI Macky Sall Mali Mujao Sénégal

Guerre au Mali: y a-t-il un risque d’attentat au Sénégal?

media Le président Macky Sall a évoqué le risque d’attentat et invité les guides religieux du Sénégal à « prévenir leurs disciples contre d’éventuelles influences étrangères ». AFP/Seyllou

Mardi 15 janvier, dans un discours en langue wolof lors d’une cérémonie, le président sénégalais Macky Sall a appelé les chefs religieux à la vigilance avant d’inviter les populations à dénoncer toute présence suspecte sur le territoire national. De quoi alimenter le débat, car depuis l’intervention de la France et l’annonce par le président sénégalais de l’envoi d’un contingent de 500 militaires, la guerre au Mali est à la Une de tous les journaux sénégalais.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Etrangement absente du débat national depuis de longs mois, la crise malienne s’est finalement invitée dans la presse sénégalaise : on commente l’envoi des 500 militaires et l’on s’interroge sur ses répercussions éventuelles.

Lors d’une cérémonie, le président Macky Sall a évoqué, mardi 15 janvier, le risque d’attentat et invité les guides religieux du Sénégal à « prévenir leurs disciples contre d’éventuelles influences étrangères ».

Pour l’universitaire Bakary Samb, spécialiste des réseaux transnationaux islamiques, c’est la première fois que l’opinion publique sénégalaise s’interroge sur le « danger du terrorisme au Sénégal » et se pose la question du « risque de propagation du salafisme » dans un pays d’islam modéré où les confréries font figure de rempart à l’intégrisme.

« Depuis longtemps, les Sénégalais dorment sur leurs lauriers, ils se croient à l’abri », explique Bakary Samb. Or, selon lui, l’idéologie salafiste, celle qui anime aujourd’hui Aqmi, Ansar Dine ou le Mujao, est d’ores et déjà présente au Sénégal et des relais existent.

Pour la première fois de manière publique, le ministre sénégalais des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye a même évoqué la présence de « cellules dormantes au Sénégal ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.