Mali : retour sur les événements de la journée du 17 janvier - Afrique - RFI

 

  1. 12:33 TU Sessions d'information
  2. 12:40 TU Grand reportage
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Autour de la question
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Autour de la question
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Radio foot internationale
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Radio foot internationale
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Sessions d'information
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Sessions d'information
  19. 16:40 TU Accents d'Europe
  20. 17:00 TU Journal
  21. 17:10 TU Accents du monde
  22. 17:30 TU Journal
  23. 17:33 TU Sessions d'information
  24. 17:40 TU Débat du jour
  25. 18:00 TU Journal
  1. 12:30 TU Sessions d'information
  2. 13:00 TU Journal
  3. 13:10 TU Sessions d'information
  4. 13:30 TU Journal
  5. 13:33 TU Danse des mots
  6. 14:00 TU Journal
  7. 14:10 TU Autour de la question
  8. 14:30 TU Journal
  9. 14:33 TU Autour de la question
  10. 15:00 TU Journal
  11. 15:10 TU Radio foot internationale
  12. 15:30 TU Journal
  13. 15:33 TU Radio foot internationale
  14. 16:00 TU Journal
  15. 16:10 TU Sessions d'information
  16. 16:30 TU Journal
  17. 16:33 TU Sessions d'information
  18. 16:40 TU Accents d'Europe
  19. 17:00 TU Journal
  20. 17:10 TU La bande passante
  21. 17:30 TU Journal
  22. 17:33 TU Sessions d'information
  23. 17:40 TU La bande passante
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Ici l'Europe
fermer

Afrique

al-Qaïda Algérie Dioncounda Traoré France François Hollande Mali Terrorisme

Mali : retour sur les événements de la journée du 17 janvier

media

Septième jour d’opérations militaires au Mali ce jeudi 17 janvier 2013. L’armée française a lancé une offensive terrestre contre les groupes islamistes, des combats ont opposé les militaires aux combattants jihadistes dans la région de Diabaly sur le front est. Sur le front ouest, la nuit dernière, un accrochage a eu lieu dans la zone de Konna entre l’armée malienne et des rebelles.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU). Suivez aussi les événements au Mali sur le compte Twitter @RFIAfrique


23h30 :
Les Etats-Unis acceptent de mettre à disposition de la France des avions de transport pour appuyer son intervention au Mali mais la requête concernant le ravitaillement en vol est encore à l’étude.

23h05 : Les écoles françaises de Niamey, Nouakchott et Bamako vont rester fermées toute la semaine. L'information a été délivrée par le proviseur du lycée La Fontaine de Niamey, qui écrit sur le site internet de son établissement : « Compte tenu de la situation au Mali, les autorités françaises ont décidé de fermer les établissements scolaires français de Bamako, Niamey et Nouakchott, du vendredi 18 au vendredi 25 janvier inclus, afin de renforcer les mesures de sécurité. »

21h22 : Médecins Sans Frontières (MSF) demande l’accès à Konna. L’organisation médicale appelle les autorités civiles et militaires maliennes, l’armée et le gouvernement français à autoriser l’accès des organisations humanitaires à la région de Konna et à permettre l’acheminement des secours dans toutes les zones touchées par les combats. MSF précise que toutes les routes d’accès à cette ville du centre du Mali demeurent fermées par l’armée malienne.
« Depuis le début de l’offensive des forces maliennes et françaises, nous ne pouvons plus traverser les lignes de front malgré notre neutralité. Des régions entières sont aujourd’hui coupées de l’aide extérieure » déplore Malik Allaouna, directeur des opérations de MSF.

20h00 : L’évolution de la situation humanitaire au nord du Mali est inquiétante en raison des combats et des difficultés d’approvisionnement et de communication. Les populations se retrouvent prises en étau car les combats, au niveau du fleuve Niger, ainsi que la fermeture de la frontière avec l’Algérie bloque tout ravitaillement. Joint par RFI, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) précise, par ailleurs, que des familles quittent les villes pour se réfugier en brousse ou sur la rive droite du fleuve pour fuir d’éventuels bombardements.

Le transport des biens et des services n’est plus assuré du sud vers le nord du Mali, en passant par la ville de Mopti.
Germain Mwehu Porte-parole du CICR à Niamey, chargé du Niger et du Mali. 11/10/2013 - par Muriel Pomponne écouter

18h48 : L'Union française des industries pétrolières (UFIP) envisage de rapatrier ses employés des zones à risque, notamment d’Algérie, en raison du conflit au Mali et de la prise d’otages dans l’Est algérien.

18h00 : Arrivée au Mali de 50 soldats togolais, les premiers de la Force d’intervention africaine à arriver sur place. La totalité du contingent togolais - 540 hommes – doit arriver à Bamako d’ici la fin de la semaine.

17h00 : L'armée malienne s'est déployée autour de Banamba, à 140km de Bamako, sur la route de Koulikoro. Selon des sources RFI convergentes, ce déploiement fait suite à la présence remarquée d’islamistes aperçus dans la localité de Boro, à 50km au nord de Banamba où des renforts maliens sont arrivés sur place.

16h34 : Les 27 ministres des Affaires étrangères se sont retrouvés aujourd'hui, à Bruxelles, pour une réunion extraordinaire sur le Mali. Les 27 ont approuvé l'intervention de la France. Ils ont aussi décidé d'accélérer la mission européenne de formation de l'armée malienne. Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a salué « l’unanimité » des Européens sur ce dossier.

Les décisions que nous avons prises concernent essentiellement la reconstruction urgente de l'armée malienne.
Laurent Fabius Ministre français des Affaires étrangères. 11/10/2013 - par Grégoire Lory écouter

Le ministre français des Affaires étrangères a par ailleurs estimé que des pays européens pourraient mettre à disposition des soldats, pour l’intervention au Mali, tout en ajoutant que la France ne pouvait «pas les forcer à le faire ».

16h00 : Les premiers soldats africains intégrant la Force internationale de soutien au Mali (Misma) sont en route pour Bamako. Environ cent soldats togolais ont quitté, cet après-midi, Lomé pour la capitale malienne. Le Togo s’est engagé à envoyer 500 soldats au total.

14h47 : L’Union africaine annonce qu’une conférence des donateurs sur le Mali aura lieu à Addis-Abeba, en Ethiopie, le 29 janvier prochain.

14h34 : Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius déclare que « tous les Européens ont salué l’action de la France au Mali ».

14h28 : La France demande au Canada de prolonger sa participation à l’intervention au Mali. Ottawa a pour l’instant mis à disposition un avion de transport de troupe pendant une semaine.

14h18 : Tieman Coulibaly, le ministre malien des Affaires étrangères, affirme que la présence de combattants islamistes dans son pays était une « menace globale ».

13h22 : Engagée dans une intervention militaire au Mali, l’armée de terre française lance ce jeudi une campagne nationale de recrutement afin d’enrôler 10 000 jeunes en 2013. Une campagne prévue avant le début des opérations et qui, selon le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, ne devrait pas pâtir de l’engagement français au Mali.

11h57 : Dans un communiqué envoyé à l’AFP, un influent dignitaire du Qatar critique l’action française au Mali. L’union internationale des oulémas musulmans présidée par le cheikh Youssef al-Qaradaoui estime que « cette intervention militaire aura des conséquences dangereuses, qu'il s'agisse des morts, des destructions, des déplacements de population ».

11h33 : L’Union européenne valide sa mission de formation et de réorganisation de l’armée malienne. Près de 450 Européens seront déployés dans le pays à partir de la mi-février dont au moins 200 instructeurs.

11h26 : En Mauritanie, une dizaine de partis d’opposition se déclare contre toute intervention armée au Mali et prône le dialogue.

10h48 : Les premiers soldats tchadiens ont quitté Ndjamena pour le Mali à bord de trois avions à destination de Niamey au Niger. Même mouvement au Togo où 100 soldats sont déjà en route pour Bamako.

10h30 : Le ministre français de la Défense annonce que 1 400 soldats français sont actuellement engagés au Mali où il y a actuellement des combats. Jean-Yves Le Drian va par ailleurs se rendre rapidement à Berlin pour discuter avec les autorités allemandes de la situation au Mali.

9h44 : Invité sur la radio française RTL, le député de l’opposition Henri Guaino assure que l’heure n’est pas au débat face à l’intervention militaire au Mali.

9h11 : Un nouvel accrochage a opposé dans la nuit des soldats maliens et des combattants jihadistes du côté de Konna. La ville était tombée aux mains des rebelles le 10 janvier dernier, un événement qui avait précipité l’engagement de la France aux côtés des forces maliennes.

9h03 : Des troupes supplémentaires et des hélicoptères de combats français de type Tigre sont déployés actuellement au Mali, selon l’état-major des armées.

8h27 : Pour l’ambassadeur français en poste à Bamako, l’attaque en Algérie justifie l’intervention armée au Mali.

Mercredi, des combats ont opposé les forces françaises et les militants islamistes du côté de Diabaly sur le front est. Les renforts de troupes africaines sont attendus prochainement au Mali, la Cédéao a annoncé qu’elle allait envoyer près de 2 000 soldats. Même engagement du côté du Tchad qui avance aussi le nombre de 2 000 soldats engagés sur le terrain.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.