Mali : les renforts africains arrivent, Tchadiens en tête

Le Tchad dispose de six avions Sukhoi-25. C'est l'un des rares pays africains capable d'aligner une escadrille complète.
© AFP PHOTO/ SERGEI SUPINSKY

Dans le cadre de la mise en place d'une force africaine pour le Mali, un premier contingent de soldats tchadiens a quitté Ndjamena, ce mercredi 16 janvier au soir, à bord de trois avions à destination de Niamey, a-t-on appris jeudi de source militaire au Tchad. Les soldats tchadiens, aguerris et rompus au combat dans le désert, devraient apporter une forte plus-value opérationnelle dans l'optique de reprendre le nord du Mali. Ils combattront dans le cadre d'un accord bilatéral entre Bamako et Djamena, et non dans le cadre de la Misma. Car le Tchad n'est pas membre de la Cédéao.

A terme, le Tchad va fournir 2 000 hommes. Les premiers éléments (environ 200) ont quitté Ndjamena mercredi, pour Niamey, où les forces vont se regrouper avec armes et matériel, pour ensuite entrer au Mali.

Les Tchadiens vont participer à la lutte contre les mouvements jihadistes avec leurs pick-up et leurs véhicules blindés. Une partie a déjà été transportée au Niger par avions cargo.

Côté troupes, selon nos informations, trois bataillons seront déployés, dont une unité de la DGSSIE, la puissante garde présidentielle, ainsi qu'une toute nouvelle unité antiterroriste.

« Pour la reconquête du Nord, les Tchadiens étaient attendus ! Ils sont courageux et combatifs », assure une source militaire française à Paris.

D'ailleurs, la force tchadienne pourrait rapidement se voir confier des missions offensives. A sa tête : le général Oumar Bikimo. Jusqu'en septembre dernier, il commandait la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (Micopax).

Enfin, le Tchad pourrait aussi proposer un appui aérien. C'est l'un des rares pays de la région à pouvoir aligner une escadrille complète de Sukhoi-25 . Six avions au total, dont le dernier a été livré en 2010. Un redoutable avion d'attaque qui a fait ses preuves en Afrique.

A Bamako, l'arrivée des Togolais

Les premiers soldats sont arrivés à bord d’un avion de la présidence togolaise en fin d’après-midi, ce jeudi. Au pied de l’appareil, en plein soleil : le commandant du contingent, le colonel Kpa Kpa Dia.

Il affiche sa détermination : « On vient d'arriver de Lomé au côté des autres forces, pour aider notre frères maliens à reconquérir la partie nord de leur pays, et surtout leur laïcité ».

Ses hommes vont-ils être chargés d’aller au front immédiatement, ou de sécuriser les villes une fois libérées ? En tout cas, « nous sommes prêts », répond le colonel togolais, qui attend ses ordres du commandant de la force de la Cédéao. « C'est la force qui va nous donner nos missions, et nous sommes prêts à les remplir avec efficacité », explique-t-il.

Ces soldats sont les premiers des troupes africaines déployées au Mali. Ils ne sont qu’une quarantaine, le reste suivra dans les prochaines heures, assure le colonel Kpa kpa Dia : « nous avons 733 militaires qui vont arriver d'ici quelques jours. Les rotations ont commencé, et sans interruption jusqu'à ramener tout le contingent au Mali. »

En attendant, ces premiers soldats arrivés discrètement ont été accueillis par les armées malienne et française. Puis ils sont montés à bord d’un bus, pour une destination inconnue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.