Le Mali attend le renfort des troupes ouest-africaines

Une trentaine de soldats béninois sur le tarmac de l'aéroport de Cotonou, le 18 janvier.
© REUTERS/Charles Placide

Les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se réunissent dans la matinée du 19 janvier à Abidjan en Côte d’Ivoire. Le but : accélérer le déploiement de troupes ouest-africaines au Mali. Le contingent sera composé de 3 300 hommes qui viendront renforcer les armées française et malienne. Sont aussi présents à la réunion le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius et le président tchadien Idriss Déby. Le Tchad n’appartient pas à la Cédéao, mais promet le renfort de 2000 soldats. L'armée française compte maintenant 2000 soldats sur le sol malien.

Sonner la mobilisation et obtenir le déploiement rapide des troupes africaines de la Force internationale de soutien au Mali, la Misma, c’est le menu de cette rencontre d’Abidjan. Ce sommet doit établir un calendrier précis de l’arrivée des 3300 militaires ouest-africains, attendus pour épauler les troupes françaises et maliennes dans leur lutte contre les groupes islamistes.

Le sommet d’Abidjan devrait aussi compter l’apport des autres pays africains en dehors de la Cédéao. Des pays comme le Tchad dont un contingent est déjà positionné au Niger. Plusieurs chefs d’Etat sont arrivés hier à Abidjan. Et avant le début du sommet officiel ce matin, ils ont déjà commencé à échanger sur le point de la situation, au cours d’un dîner organisé hier soir, en présence du président malien par intérim, Dioncounda Traoré.

Le ministre français des Affaires étrangères est arrivé ce samedi matin à Abidjan. Laurent Fabius se joint aux dirigeants ouest-africains pour les aider à accélérer le déploiement de la Misma afin que cet effort prenne le relais des militaires français qui ont stoppé l’offensive des jihadistes qui voulaient contrôler l'ensemble du Mali.

Le point sur une semaine de guerre

Vendredi 18 janvier, les troupes maliennes et françaises coalisées ont repris le contrôle de la ville de Konna, au centre du Mali, tenue jusqu'alors par les islamistes. Les regards se tournent désormais vers la situation à Diabaly.

En une semaine d’opérations, l’armée française a réalisé 110 sorties et 70 frappes aériennes dont une dizaine par hélicoptères. Le ministère de la Défense évoque des frappes sur des cibles mobiles et assure que l’armée malienne contrôle Konna, mais souligne que l’armée française n’a pas mené d’action pour reprendre la ville de Diabaly.

Paris rappelle que des groupes de terroristes se sont mélangés à la population dans cette localité, une situation délicate. Ces derniers jours, d’après nos informations, des éléments du Commandement des opérations spéciales (COS) ont mené des raids éclair autour de cette ville du centre du Mali. Ils ont été au contact avec les terroristes, reconnaît l’état-major. Cela veut dire qu’il y a eu quelques accrochages, mais pas de blessés côté français, selon la Défense.

Du côté des forces dites conventionnelles, Paris souligne que 2000 soldats français sont aujourd’hui sur le sol malien, formant notamment un sous-groupement tactique interarmée à hauteur du pont de Markala afin d’empêcher les troupes islamistes de passer le fleuve et de descendre vers Bamako.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.