Mokhtar Belmokhtar rejette la responsabilité des morts d'In Amenas sur l'armée algérienne - Afrique - RFI

 

  1. 20:33 TU Musiques du monde
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Si loin si proche
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Si loin si proche
  6. 22:00 TU Journal
  7. 22:10 TU Archives d'Afrique
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Archives d'Afrique
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Atelier des médias
  12. 23:30 TU Journal
  13. 23:33 TU Atelier des médias
  14. 20:33 TU La marche du monde
  15. 21:00 TU Journal
  16. 21:10 TU Mondial sports
  17. 21:30 TU Journal
  18. 21:33 TU Mondial sports
  19. 22:00 TU Journal
  20. 22:10 TU Le débat africain
  21. 22:30 TU Journal
  22. 22:40 TU Le débat africain
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Internationales
  25. 23:30 TU Journal
  1. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Orient hebdo
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Le club RFI
  6. 22:00 TU Journal
  7. 22:10 TU Archives d'Afrique
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Archives d'Afrique
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  12. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Algérie AQMI Mali Terrorisme

Mokhtar Belmokhtar rejette la responsabilité des morts d'In Amenas sur l'armée algérienne

media

Dans un communiqué envoyé ce dimanche 20 janvier à l'Agence Nouakchott Information (ANI), Mokhtar Belmokhtar, l'un des émirs d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui a revendiqué la prise d'otages d'In Amenas, livre sa version des faits. Il dénonce une armée algérienne va-t-en guerre et peu soucieuse de la vie des otages, face à des ravisseurs qui affirment avoir cherché à négocier.

Pour chaque étape sanglante de la prise d'otage d'In Amenas, le groupe de Mokhtar Belmokhtar rejette la responsabilité sur l'armée algérienne. Ainsi, dès les premiers instants, les ravisseurs prétendent avoir cherché à négocier, tout en demandant à l'armée de reculer. « Cette dernière a répondu en tuant deux otages, puis les hélicoptères ont commencé à bombarder la zone de vie », affirme le texte.

Le groupe nie ensuite avoir tenté d'exfiltrer les otages vers l'étranger, souhaitant seulement « se déplacer vers l’usine pour protéger la vie des musulmans et des otages ». Et ce sont les tirs des hélicoptères algériens sur les véhicules qui les auraient, selon le communiqué, « détruit sauvagement, tuant directement les otages ».

Retranchés dans l'usine, les ravisseurs disent avoir à nouveau proposé de négocier la libération des otages, contre la suspension de l'intervention au Mali et la libération de prisonniers. Ce serait le refus de l'armée et l'assaut qui a suivi qui « a conduit à l'émination des otages » affirme le groupe armé.

Il prétend d'ailleurs avoir eu au téléphone un général algérien, qui se serait déclaré prêt à « détruire entièrement le site ». Le groupe confirme par ailleurs que l'attaque avait été préparée à l'avance et que c'est l'implication de l'Algérie dans la guerre au Mali par l'ouverture de son espace aérien et la fermeture de ses frontières qui aurait déterminé le choix de ce site, parmi d'autres dans la région.

Le groupe terroriste conclut en menaçant de frapper les intérêts de tout pays impliqué dans la guerre au Mali, qu'il qualifie de « croisade ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.