La police marocaine multiplie les démantèlements de cellules terroristes - Afrique - RFI

 

  1. 17:00 TU Journal
  2. 17:10 TU Sessions d'information
  3. 17:30 TU Journal
  4. 17:33 TU Sessions d'information
  5. 17:40 TU Accents d'Europe
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Décryptage
  8. 18:30 TU Journal
  9. 18:33 TU Sessions d'information
  10. 18:40 TU Débat du jour
  11. 19:00 TU Journal
  12. 19:10 TU Grand reportage
  13. 19:30 TU Journal
  14. 19:40 TU Sessions d'information
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU La bande passante
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU La bande passante
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Couleurs tropicales
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Couleurs tropicales
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:00 TU Journal
  2. 17:10 TU Sessions d'information
  3. 17:30 TU Journal
  4. 17:33 TU Sessions d'information
  5. 17:40 TU Accents d'Europe
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Grand reportage
  8. 18:30 TU Sessions d'information
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Décryptage
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:40 TU Débat du jour
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU La bande passante
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU La bande passante
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Radio foot internationale
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Radio foot internationale
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.

fermer

Afrique

al-Qaïda Islam Mali Maroc Mauritanie Terrorisme

La police marocaine multiplie les démantèlements de cellules terroristes

media Le 9 janvier 2009, la police marocaine procède à l'arrestation de cinq personnes soupçonnées d'appartenir à une cellule terroriste. Reuters

Face aux activistes islamistes, les autorités marocaines sont en alerte. Samedi 19 janvier, une nouvelle cellule terroriste a été anéantie : c’est le cinquième démantèlement depuis septembre 2012. Résultat, le Maroc s’inquiète de cette prolifération de réseaux terroristes alors que la guerre fait rage au Mali.

Cette nouvelle cellule devait servir à recruter et à former de jeunes Marocains au jihad. Deux groupes ont été découverts dans deux villes : Tanger, dans le nord du pays et Meknès dans le centre. D’après les informations divulguées par le ministère de l’Intérieur, quarante jeunes auraient déjà été envoyés auprès de factions liées à al-Qaïda, par l’intermédiaire de ces deux groupes.

Ce démantèlement n’est pas le premier, loin de là. En quatre mois, c’est le cinquième réseau découvert par la police. Tous ou presque étaient spécialisés dans le recrutement pour al-Qaïda. Les autorités s’inquiètent désormais de cette prolifération.

Et c’est vrai que la situation géographique du Maroc entre l’Algérie et la Mauritanie, en face de l’Espagne, constitue une base arrière potentiellement idéale pour des actions terroristes au Maghreb, voire en Europe. Ensuite, la croissance du chômage ces derniers mois (un quart des Marocains de moins de 24 ans est sans emploi) et le manque de perspectives d'avenir expliquent sans doute en partie le succès de ces réseaux.

Reste que l’intervention française au Mali, à laquelle le Maroc a fini par donner son feu vert, risque encore d’augmenter ces tensions dans la société. Jeudi 17 janvier, des dignitaires salafistes marocains ont traité d’« impies » tous les musulmans qui participent directement ou indirectement à ce conflit.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.