Erythrée: le ministère de l’Information pris d'assaut par des soldats mutins


©

C’est encore la confusion ce lundi soir autour du ministère de l'Information érythréen. 200 soldats mutins y sont retranchés depuis ce lundi matin 21 janvier. Le bâtiment est également le siège de la radio télévision d'Etat. Ils promettent la libération de prisonniers politiques.

Ce que l'on sait avec certitude, c'est que le groupe de soldats mutins - car il s'agit bien de mutins - est emmené par quatre officiers équipés de moyens de communication radio.

Ce que l'on sait aussi, c'est qu'ils ont rassemblé le personnel du ministère dans le bâtiment avant de forcer le directeur de la radio télévision nationale à lire un communiqué. Un communiqué qui tient en deux phrases : « Nous allons libérer les prisonniers politiques. Et nous allons appliquer les dispositions prévues par notre Constitution ».

Après ce message, le faisceau a été interrompu, et depuis la radio et la télévision sous contrôle des mutins ne diffusent plus que de la musique. Le siège du ministère de l'Information est situé sur une colline d'Asmara, c'est un endroit d'ordinaire très surveillé. Et d'après des témoins indirects, des soldats étaient déployés dans l’après-midi autour de la colline sans que l'on sache précisément s'il s'agit de mutins ou de troupes loyalistes.

On sait enfin que le mécontentement est important au sein des troupes et dans la population, à la fois à cause de la crise économique sévère qui frappe l’Erythrée, mais aussi en raison de l'absence de liberté.

L'Erythrée est souvent comparée à la Corée du Nord. La critique y est impossible et les médias privés ont été interdits depuis 2001. En novembre dernier, le ministre de l'Information Ali Abdou, souvent considéré comme un pilier du régime, a fait défection lors d'un séjour en Allemagne.