Le président égyptien Mohamed Morsi dénonce l’intervention française au Mali - Afrique - RFI

 

  1. 17:00 TU Journal
  2. 17:10 TU Sessions d'information
  3. 17:30 TU Journal
  4. 17:33 TU Sessions d'information
  5. 17:40 TU Accents d'Europe
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Décryptage
  8. 18:30 TU Journal
  9. 18:33 TU Sessions d'information
  10. 18:40 TU Débat du jour
  11. 19:00 TU Journal
  12. 19:10 TU Grand reportage
  13. 19:30 TU Journal
  14. 19:40 TU Sessions d'information
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU La bande passante
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU La bande passante
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Couleurs tropicales
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Couleurs tropicales
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:00 TU Journal
  2. 17:10 TU Sessions d'information
  3. 17:30 TU Journal
  4. 17:33 TU Sessions d'information
  5. 17:40 TU Accents d'Europe
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Grand reportage
  8. 18:30 TU Sessions d'information
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Décryptage
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:40 TU Débat du jour
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU La bande passante
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU La bande passante
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Radio foot internationale
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Radio foot internationale
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.

fermer

Afrique

Arabie Saoudite Egypte Mali Mohamed Morsi

Le président égyptien Mohamed Morsi dénonce l’intervention française au Mali

media Le président égyptien Mohamed Morsi (C) à son arrivée sur l’aéroport de Riyad , le 21 janvier 2013. AFP /FAYEZ NURELDINE

Le président égyptien Mohamed Morsi a exprimé lundi 21 janvier son opposition à l’intervention militaire française au Mali. Dans une déclaration à l’ouverture du sommet économique arabe à Riyad, le président islamiste a affirmé : « Nous n’acceptons en aucun cas l’intervention militaire au Mali ».

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Selon le président Frère musulman, l’intervention française est « de nature à alimenter le conflit dans la région ». Faisant l’impasse sur le soutien africain à l’intervention de Paris, le président Morsi a déclaré : « Nous ne voulons pas que soit créé un nouveau foyer de conflit sanglant en Afrique ». Il a ajouté : « Ce que nous rejetons totalement, c’est la séparation du nord arabe du cœur de l’Afrique ».

Selon le président égyptien, dont le pays fait face à de graves difficultés économiques, « toute intervention doit être pacifique et comprendre une aide financière au développement ».

Les déclarations de Mohamed Morsi sont de nature à satisfaire les Frères musulmans et surtout, les salafistes, dont la confrérie a besoin lors des prochaines législatives. Une centaine d’islamistes ont protesté vendredi 18 janvier devant l’ambassade de France.

Mais la situation au Mali est loin d’intéresser la majorité des Egyptiens préoccupés par la montée du chômage, la hausse des prix et les désordres politiques. Des désordres qui pourraient s’aggraver avec la commémoration de la révolution du 25 janvier.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.