Mali: l’aviation française s’attaque à des positions tenues par Aqmi à Tombouctou - Afrique - RFI

 

  1. 00:10 TU Priorité santé
  2. 00:30 TU Journal
  3. 00:33 TU Priorité santé
  4. 01:00 TU Journal
  5. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  6. 01:30 TU Journal
  7. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  8. 02:00 TU Journal
  9. 02:10 TU Couleurs tropicales
  10. 02:30 TU Journal
  11. 02:33 TU Couleurs tropicales
  12. 03:00 TU Journal
  13. 03:15 TU Sessions d'information
  14. 03:30 TU Journal
  15. 03:33 TU Sessions d'information
  16. 03:40 TU Accents d'Europe
  17. 04:00 TU Journal
  18. 04:15 TU Sessions d'information
  19. 04:30 TU Journal
  20. 04:33 TU Sessions d'information
  21. 04:40 TU Grand reportage
  22. 05:00 TU Journal
  23. 05:15 TU Sessions d'information
  24. 05:30 TU Journal
  25. 05:40 TU Sessions d'information
  1. 00:10 TU Priorité santé
  2. 00:30 TU Journal
  3. 00:33 TU Priorité santé
  4. 01:00 TU Journal
  5. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  6. 01:30 TU Journal
  7. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  8. 02:00 TU Journal
  9. 02:10 TU Couleurs tropicales
  10. 02:30 TU Journal
  11. 02:33 TU Couleurs tropicales
  12. 03:00 TU Journal
  13. 03:15 TU Sessions d'information
  14. 03:30 TU Sessions d'information
  15. 04:00 TU Journal
  16. 04:15 TU Sessions d'information
  17. 04:30 TU Sessions d'information
  18. 05:00 TU Journal
  19. 05:15 TU Sessions d'information
  20. 05:30 TU Sessions d'information
  21. 06:00 TU Journal
  22. 06:15 TU Sessions d'information
  23. 06:30 TU Journal
  24. 06:43 TU Sessions d'information
  25. 07:00 TU Journal
fermer

Afrique

Ansar Dine AQMI France Mali Mujao

Mali: l’aviation française s’attaque à des positions tenues par Aqmi à Tombouctou

media Des pick-up d’Aqmi détruits par l'aviation française à Diabaly. REUTERS/Joe Penney

La France s’est attaquée à des positions tenues par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dans la périphérie de Tombouctou, dans le nord du Mali. Plusieurs raids aériens y ont été menés dans la journée de ce mardi 22 janvier. Parallèlement, un convoi d’une centaine de blindés tchadiens s’achemine vers la frontière malienne avec le Niger pour y rejoindre un contingent de cinq cents soldats nigériens qui s’y trouve déjà. Et pendant ce temps, à Bamako, l’intervention militaire française recevait le soutien d’une haute autorité religieuse du Mali.

Onze jours après le début de l’intervention militaire française au nord du Mali, les villes de Douentza et de Diabaly ont été reprises aux islamistes. Soldats français et maliens sont entrés, lundi 21 janvier, dans ces deux localités sans rencontrer de résistance. Il reste à libérer Gao et Tombouctou.

Les premiers bombardements à la périphérie de Tombouctou

Interrogé par RFI, le chef d’état-major de l’armée malienne, le général Ibrahima Dahirou Dembélé, a estimé que la libération de ces deux principales villes du nord « ne dépassera pas plus d’un mois, si les appuis sont conséquents ».

L’aviation française s’attaque, à présent, à des positions tenues par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans la périphérie de Tombouctou. Plusieurs raids aériens y ont été menés ces dernières heures et l’un d’eux a notamment visé un centre de commandement du groupe islamiste.

Des témoins contactés à Tombouctou, par téléphone, ont affirmé, à RFI, avoir été impressionnés par la précision des frappes de l’aviation française. Le principal site touché fut une villa – domaine de feu le colonel Kadhafi – située au sud de Tombouctou et que les jihadistes avaient transformée, depuis leur arrivée dans la ville, en véritable base.

Sur place, après les frappes, un important dépôt de carburant ainsi qu’un autre dépôt de munitions ont été détruits. Des témoins ont même vu l’endroit prendre feu. Deux autres endroits, fréquentés par les jihadistes, ont également été détruits : une école qu’ils ont transformée en quartier général et le siège local de l’Office de Radio et Télévision du Mali.

Dans la ville, selon les témoins, on ne voit quasiment plus d’islamistes armés et certaines sources n’hésitent pas à dire, de leur côté, que les bombardements devraient se poursuivre pour neutraliser les combattants d’Aqmi, d’Ansar Dine et du Mujao qui marchent désormais main dans la main à visage découvert.

Participation de l’aviation américaine à l’opération Serval

Les Etats-Unis fournissaient déjà une aide en matière de renseignements à l’intervention française. Cette fois-ci, Washington a mis à la disposition de Paris des avions de transport. Les Etats-Unis n’ont pas précisé le nombre ni le type d’avions engagés, ni l’usage de drones de surveillance mais la participation de l’aviation américaine a été confirmée par le porte-parole de l’Africom, Benjamin Benson.

Plus de 2 150 soldats français – un chiffre qui augmentera dans les prochains jours - sont déjà déployés au Mali. Selon l’état-major français, les pays qui apportent leur aide, avec la mise à disposition d’avions pour la plupart, sont, outre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Belgique, le Canada et le Danemark.

Convois de blindés et de militaires à la frontière avec le Niger

Une colonne de véhicules blindés de l’armée tchadienne se dirigeait, ce mardi 22 janvier, vers la frontière avec le Niger et le Mali, sur la route menant à la ville-frontière de Ouallam. Le colonel Youssouf Taïro, chef du contingent tchadien est à la tête de ce convoi d’une centaine de véhicules blindés. Il a affirmé à RFI qu’il se positionnera aux côtés de ses frères d’armes nigériens - une compagnie de 500 hommes – qui, eux, se trouvent déjà stationnés dans la région de Ouallam.

Devant ce contingent de soldats nigériens qui doit, avec les troupes tchadiennes, rejoindre à terme la zone de Gao, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, est venu leur « apporter la confiance du peuple nigérien », a-t-il déclaré avant de leur dire que le Niger va en guerre parce qu’on le lui a imposé.

Une guerre qui nous est imposée par des terroristes et des trafiquants en tous genres.
Mahamadou Issoufou Président du Niger 11/10/2013 - par Moussa Kaka écouter

Soutien islamique à l’intervention militaire française

Suite aux récentes critiques de responsables religieux dans le monde musulman, Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique au Mali, a convoqué la presse, ce mardi 22 janvier, pour dire tout son soutien à l'intervention militaire armée menée actuellement par les Maliens et la France. Il dit avoir été choqué par l'avancée des rebelles, le 10 janvier sur Konna. C'est pour cette raison qu'il annonce se désolidariser, comme il ne l'avait jamais fait avant, de tous les mouvements qui occupent le nord au nom de l'islam. Mahmoud Dicko dit avoir été trahi par ceux avec qui il avait entrepris des discussions informelles, et notamment Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Dine.

Les propos du président du Haut Conseil islamique se veulent tranchés et sans appel. Mais ils sont aussi sûrement très calculés. Sa position d'intermédiaire entre l'ex-junte et les islamistes du nord était de plus en plus critiquée ces derniers temps dans son entourage. Certains observateurs estiment que sa décision de clarifier sa position vise donc à lui éviter de perdre son influence, à la fois politique et religieuse, habilement construite ces dernières années.

Mahmoud Dicko dénonce également l'attitude de certains religieux du « monde musulman » et pointe du doigt le comportement de pays comme le Qatar.

Ce qui nous a beaucoup choqués c’est que, dans l’opinion internationale et surtout islamique ainsi que dans certains pays du Golfe, des responsables pensent que l’intervention française est une agression contre l’islam.
Mahmoud Dicko Président du Haut Conseil islamique malien 11/10/2013 - par Marie-Pierre Olphand écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.