Mali: le Haut conseil islamique accorde son soutien sans faille à l'opération armée - Afrique - RFI

 

  1. 01:00 TU Journal
  2. 01:10 TU Priorité santé
  3. 01:30 TU Journal
  4. 01:33 TU Priorité santé
  5. 02:00 TU Journal
  6. 02:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 02:30 TU Journal
  8. 02:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 03:00 TU Journal
  10. 03:10 TU Sessions d'information
  11. 03:30 TU Sessions d'information
  12. 04:00 TU Journal
  13. 04:15 TU Sessions d'information
  14. 04:30 TU Journal
  15. 04:33 TU Sessions d'information
  16. 04:40 TU Accents d'Europe
  17. 05:00 TU Journal
  18. 05:15 TU Sessions d'information
  19. 05:30 TU Sessions d'information
  20. 06:00 TU Journal
  21. 06:15 TU Sessions d'information
  22. 06:30 TU Sessions d'information
  23. 07:00 TU Journal
  24. 07:15 TU Sessions d'information
  25. 07:30 TU Sessions d'information
  1. 01:00 TU Journal
  2. 01:10 TU Priorité santé
  3. 01:30 TU Journal
  4. 01:33 TU Priorité santé
  5. 02:00 TU Journal
  6. 02:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 02:30 TU Journal
  8. 02:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 03:00 TU Journal
  10. 03:10 TU Sessions d'information
  11. 03:30 TU Sessions d'information
  12. 04:00 TU Journal
  13. 04:15 TU Sessions d'information
  14. 04:30 TU Sessions d'information
  15. 05:00 TU Journal
  16. 05:15 TU Sessions d'information
  17. 05:30 TU Sessions d'information
  18. 06:00 TU Journal
  19. 06:15 TU Sessions d'information
  20. 06:30 TU Sessions d'information
  21. 07:00 TU Journal
  22. 07:15 TU Sessions d'information
  23. 07:30 TU Sessions d'information
  24. 08:00 TU Journal
  25. 08:10 TU Archives d'Afrique
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Les antennes de RFI consacreront à nouveau une édition spéciale à la situation au Burkina Faso samedi 1er novembre entre 6h TU et 8h TU.

fermer

Afrique

Mali

Mali: le Haut conseil islamique accorde son soutien sans faille à l'opération armée

media Mahmoud Dicko, le président du Haut conseil islamique, au stade du 26-Mars, à Bamako, le 12 août 2012. REUTERS/Adama Diarra

L'opération française Serval contre les islamistes au Mali est entrée dans son treizième jour ce mercredi 23 janvier 2013, tandis que le déploiement des forces africaines se poursuit, avec un premier contingent burkinabé attendu aujourd'hui à Markala et à l'Est, des soldats tchadiens en provenance du Niger. Dans ce contexte, le Haut conseil islamique est sorti de son silence. Institution clé de la société malienne, il ne s'était pas exprimé depuis le début de l'intervention française.

Depuis le début de l’intervention militaire française, des voix de journalistes ou de prédicateurs se sont élevées dans certains médias de pays arabo-musulmans. C’est par exemple le cas en Tunisie, en Egypte ou encore en Mauritanie. Des voix pour qui l’intervention militaire française serait une agression contre les musulmans.

Mais pour Mahmoud Dicko, imam et président du Haut conseil islamique du Mali, cette perception est erronée : « C’est le contraire. C’est la France qui a volé au secours d’un peuple en détresse, qui a été abandonné par tous ces pays musulmans. Et nous parler aujourd’hui de croisade ou je ne sais quoi, c’est vraiment quelque chose que nous ne pouvons pas accepter, en tant que responsables musulmans du Mali ».

Pour le Haut conseil islamique, l’intervention militaire ne serait pas une croisade anti-islam, mais au contraire, une guerre destinée à libérer un pays à plus de 90 % musulman.

Aussi, dans la campagne de dénigrement dénoncée par le Haut conseil, Mahmoud Dicko croit-il voir des intentions bien particulières : « Nous sommes obligés, vu cette campagne, d’analyser très sérieusement la chose, et pour savoir si certains pays ne sont pas derrière. Mais je pense à des pays comme le Qatar, parce que la personnalité la plus influente du monde musulman qui a eu à dénoncer cette intervention se trouve aujourd’hui au Qatar ».

– « Al-Qaradaoui ?… »

– Voilà.

Le Qatar, déjà cité comme une possible source de financement des groupes islamistes armés qui occupent le nord, serait donc à l’œuvre. Le président du Haut conseil conserve encore un conditionnel de rigueur, mais déjà, il dénonce.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.