Mali: des soldats maliens accusés «d’exécutions sommaires» par la FIDH - Afrique - RFI

 

  1. 07:10 TU Sessions d'information
  2. 07:30 TU Journal
  3. 07:40 TU Grand reportage
  4. 08:00 TU Journal
  5. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  6. 08:30 TU Journal
  7. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  8. 09:00 TU Journal
  9. 09:10 TU Priorité santé
  10. 09:30 TU Journal
  11. 09:33 TU Priorité santé
  12. 10:00 TU Journal
  13. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  14. 10:30 TU Journal
  15. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  16. 11:00 TU Journal
  17. 11:15 TU Sessions d'information
  18. 11:30 TU Journal
  19. 11:33 TU Sessions d'information
  20. 12:00 TU Journal
  21. 12:10 TU Sessions d'information
  22. 12:30 TU Journal
  23. 12:33 TU Sessions d'information
  24. 12:40 TU Grand reportage
  25. 13:00 TU Journal
  1. 07:10 TU Sessions d'information
  2. 07:30 TU Sessions d'information
  3. 08:00 TU Journal
  4. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  5. 08:30 TU Journal
  6. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  7. 09:00 TU Journal
  8. 09:10 TU Priorité santé
  9. 09:30 TU Journal
  10. 09:33 TU Priorité santé
  11. 10:00 TU Journal
  12. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  13. 10:30 TU Journal
  14. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  15. 11:00 TU Journal
  16. 11:15 TU Sessions d'information
  17. 11:30 TU Journal
  18. 11:33 TU Sessions d'information
  19. 12:00 TU Journal
  20. 12:10 TU Grand reportage
  21. 12:30 TU Sessions d'information
  22. 13:00 TU Journal
  23. 13:10 TU Sessions d'information
  24. 13:30 TU Journal
  25. 13:33 TU Danse des mots
fermer

Afrique

Droits de l’homme Mali

Mali: des soldats maliens accusés «d’exécutions sommaires» par la FIDH

media

Les accusations d’exactions à l'encontre des soldats de l’armée malienne dans l’ouest et le centre du Mali se multiplient. La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a accusé, ce mercredi 23 janvier, des soldats maliens d’avoir perpétré « une série d’exécutions sommaires » et réclamé la création « immédiate » d’une commission d’enquête indépendante. La France appelle l’armée malienne à la « vigilance ».

La FIDH se dit fortement préoccupée par la multiplication des exécutions sommaires et autres violations des droits humains commises par des soldats de l’armée malienne, en guerre avec la France contre des groupes islamistes armés au Mali depuis treize jours.

Après avoir enquêté sur ces cas, l’organisation de défense des droits de l’homme indique que ces exactions ont été commises à partir du jeudi 10 janvier 2013, particulièrement à Sévaré, Mopti, Nioro et d’autres localités situées dans les zones d’affrontements. La FIDH réclame la mise en place « immédiate » d’une commission d’enquête indépendante afin d’établir l’ampleur des faits et sanctionner les auteurs.

A Sévaré, à 650 km au nord-est de Bamako, au moins 11 personnes ont été exécutées dans le camp militaire, à proximité de la gare routière et près de l’hôpital, précise la FIDH qui ajoute que des informations crédibles font état d’une vingtaine d’autres cas d’exécutions dans la même localité où « les corps auraient été enterrés en toute hâte ».

Dans la région de Nioro (ouest), des Maliens d’origine touarègue ont été exécutés par des soldats maliens, affirme l’ONG qui fait aussi état de l’enlèvement de l’imam Cheik Hama Alourou par des militaires maliens, le 21 janvier, à Gnimi Gnama, un village entre Bore et Douentza (à l’est de Sévaré).

A Bamako, la FIDH dénonce par ailleurs des « actes de pillages et d’intimidations » commis par l’armée malienne lors de perquisitions, dans la semaine du 14 janvier.

Selon Florent Geel, responsable Afrique de la FIDH, actuellement au Mali, interviewé par RFI, ces exactions visent tout particulièrement les communautés arabe et touarègue, très largement majoritaires au sein des groupes islamistes armés.

Il y a, très clairement, un ciblage de certaines populations, en l’occurrence les Touaregs ou assimilés.
Florent Geel Responsable Afrique de la FIDH 11/10/2013 - par Marie-Pierre Olphand écouter

La France appelle à une extrême « vigilance »

La France prend très au sérieux les risques d’exactions qui pourraient être perpétrées pendant les opérations militaires en cours au Mali. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a appelé, ce mercredi 23 janvier, l’encadrement de l’armée malienne à être « extrêmement vigilant » envers ces risques car leur « honneur est en cause ».

Les Touaregs sont nos amis, sauf ceux qui se sont laissés embrigader par des groupes terroristes que nous condamnons totalement.
Jean-Yves Le Drian Ministre français de la Défense 11/10/2013 - par RFI écouter


 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.