Republier
Togo

Togo: des interpellations mais aucune inculpation dans l’affaire des incendies des marchés

Le 12 janvier 2013, un incendie a ravagé le grand marché de Lomé.
© REUTERS/Noel Kokou Tadegnon

Au Togo, l'affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé se poursuit. La semaine dernière, les autorités ont arrêté l'opposant et ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo qui est détenu dans les locaux de la gendarmerie depuis le 16 janvier 2013. Le vice-président de son parti a également été interpellé. Une enquête a été ouverte mais aucune inculpation n'a encore été prononcée.

La législation togolaise permet aux autorités de prolonger jusqu'à 12 jours une garde à vue, si les faits sont jugés complexes. Pour l'heure, on ne sait pas ce qui est reproché à Agbéyomé Kodjo. L'ancien Premier ministre et ancien président de l'Assemblée nationale n'a pas été déféré devant le parquet.

Une interpellation s'effectue sur la base d'indices grave et concordants. « Pourquoi après une semaine de détention, on ne sait toujours pas de quoi est accusé Agbéyomé Kodjo ? », s'interroge un de ses proches.

Cela signifie t-il que les enquêteurs éprouvent des difficultés à réunir des éléments de preuves pour impliquer l'opposant dans cette affaire d'incendies des deux marchés ? Une mission d'experts policiers et pompiers français est arrivée sur place à la demande de la présidence togolaise pour enquêter sur le matériel, les produits utilisés et le modus operandi qui a déclenché ces incendies de très grande ampleur.

En 2005, dans les jours qui ont suivi l'élection de Faure Gnassingbé, contestée a l'intérieur du pays et à l'extérieur, la grande bâtisse de l'institut Goethe avait été incendiée. Les soupçons s'étaient portés sur des partisans du nouveau régime togolais. Les Allemands qui avaient constitué une mission d'enquête n'ont jamais révélé ses conclusions mais les autorités togolaises avaient accepté de réparer le bâtiment.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.