Mali: des membres d'Ansar Dine font sécession et créent leur propre mouvement - Afrique - RFI

 

  1. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Mémoire d'un continent
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU L'épopée des musiques noires
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Idées
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Idées
  12. 17:00 TU Journal
  13. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  14. 17:30 TU Journal
  15. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Dimanche politique
  18. 18:30 TU Journal
  19. 18:33 TU Sessions d'information
  20. 18:40 TU Littérature sans frontières
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  25. 20:00 TU Journal
  1. 14:10 TU Musiques du monde
  2. 14:30 TU Journal
  3. 14:33 TU Musiques du monde
  4. 15:00 TU Journal
  5. 15:10 TU Musiques du monde
  6. 15:30 TU Journal
  7. 15:33 TU Musiques du monde
  8. 16:00 TU Journal
  9. 16:10 TU Idées
  10. 16:30 TU Journal
  11. 16:33 TU Idées
  12. 17:00 TU Journal
  13. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  14. 17:30 TU Journal
  15. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  18. 18:30 TU Journal
  19. 18:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  20. 19:00 TU Journal
  21. 19:10 TU Mémoire d'un continent
  22. 19:30 TU Journal
  23. 19:40 TU Littérature sans frontières
  24. 20:00 TU Journal
  25. 20:10 TU Dimanche politique

Dernières infos

fermer

Afrique

Ansar Dine AQMI Mali Mujao

Mali: des membres d'Ansar Dine font sécession et créent leur propre mouvement

media

Des membres du mouvement islamiste Ansar Dine, qui combat actuellement au nord du Mali, viennent d’entrer en dissidence. Ils ont créé leur propre mouvement, baptisé le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA). Dirigé par Algabas Ag Intalla, qui a participé aux pourparlers de Ouagadougou, le MIA dit vouloir une solution négociée à la crise. Il se dit également prêt à combattre Ansar Dine.

Les dissidents se présentent désormais sous la dénomination du MIA, le Mouvement islamique de l’Azawad. Leur secrétaire général s’appelle Algabas Ag Intalla. C’est un homme qui a du poids dans la région de Kidal. Il est le futur chef traditionnel désigné de Kidal lorsque le siège sera vacant. Mais c’est surtout lui qui est allé, au nom d’Ansar Dine, aux négociations de Ouagadougou, au Burkina Faso. Parmi les dissidents figure également Mohamed Ag Arib, l’ancien porte-parole d’Ansar Dine.

Dans un communiqué qu’ils ont rendu public, les dissidents affirment non seulement se démarquer d’Ansar Dine et du terrorisme, mais ils s’engagent également à les combattre. C’est une première.

Les fondateurs du Mouvement islamique de l’Azawad jouent l’apaisement. Ils veulent une solution négociée à la crise et lancent un appel au Mali ainsi qu’à la France pour un arrêt des hostilités dans les régions de Kidal et de Ménaka. Les régions de Tombouctou et de Gao, contrôlées par Aqmi et le Mujao, ne sont pas citées dans le même communiqué. Les dissidents prennent leurs distances vis-à-vis de ces jihadistes.

Terminées, les patrouilles de pick-up de combats, avec à leur bord des combattants fiers et armés, et drapeaux noirs au vent. « Les jihadistes de la police islamique ne circulent quasiment plus. Les véhicules ont été désarmés et recouverts de banco, de terre rouge, pour être plus discrets », raconte un ancien vendeur. « Mais chez nous, recouvrir son 4x4 de terre, cela veut aussi dire que l'on est en guerre », ajoute un autre commerçant. « On sait qu'ils sont là, autour de la ville, dans les collines, ce sont essentiellement des gens d'ici. Il n'y a pas d'étrangers », raconte un éleveur.

Dimanche soir, un convoi d'une vingtaine de véhicules est entré. « C'est le seul groupe important qui est revenu, explique un étudiant. Ici tout le monde s'interroge : est-ce que le chef est rentré ? ». Le chef, c'est le leader islamique Iyad Ag Ghali. Au téléphone, aucun de nos contacts n'osent prononcer ce nom qui désormais fait peur, raconte un doyen, qui ajoute : « Il y a du remous, Ag Ghali a choisi son camp, celui de la guerre. Et par peur, certains de ces alliés sont en train de tout faire pour prendre leur distance. Ils sont en train de le lâcher ».

Où se cache Ag Ghali, l'un des hommes les plus recherchés au Mali ? Un diplomate estime qu'il n'a pas d'autre choix que de se replier dans son fief. « Dans sa région, entre Kidal, Anafis et Aghéloc, Iyad Ag Ghali peut se protéger pendant un certain temps » déclare un habitant. Et de conclure : « Les guerres, les rébellions ont souvent débuté à Kidal et se sont toujours terminées à Kidal ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.