Somalie: un journaliste emprisonné pour avoir fait témoigner la victime d’un viol - Afrique - RFI

 

  1. 21:33 TU Couleurs tropicales
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Accents d'Europe
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Danse des mots
  8. 21:33 TU Couleurs tropicales
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Accents d'Europe
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Droits de l’homme Droits des femmes Justice médias Somalie

Somalie: un journaliste emprisonné pour avoir fait témoigner la victime d’un viol

media Hassan Sheikh Mohamud, président de la Somalie, ici à Nairobi le 23 janvier 2013. REUTERS / Taxta

Le danger ne diminue pas en Somalie pour les journalistes. Le 18 janvier dernier, un reporter de Shabelle radio s’est fait tuer en pleine rue. Et depuis 12 jours, le journaliste Abdiaziz Abdinur Ibrahim est incarcéré après avoir fait témoigner une femme affirmant avoir été violée par des hommes des forces de sécurité.

Le 10 janvier, la police a d’abord arrêté une femme vivant dans un camp de déplacés. Motif : elle a affirmé dans une interview avoir été violée par les forces de sécurité.

Le journaliste Abdiaziz Abdinur Ibrahim, qui travaille pour plusieurs radios locales a également été interpellé et emprisonné. Deux personnes qui les avaient mis en contact ont également été arrêtées et sont détenues depuis.

Quatre personnes emprisonnées sans inculpation

Si la femme a fini par être relâchée au bout de deux jours, son mari a aussitôt été arrêté. Résultat, quatre personnes sont en prison depuis près de dix jours, sans avoir été inculpées.

Publiquement, le chef de la police, puis le ministre de l’Intérieur, ont affirmé que la femme et le journaliste avaient créé ce viol de toutes pièces. Lors de son passage aux États Unis, le président Hassan Sheikh Mohamud a été interrogé par la journaliste de la chaîne CNN.

« Vous affirmez promouvoir la liberté d’expression, vouloir punir les abus des forces de sécurité, pourquoi cette détention ? », lui a demandé la journaliste. Le président, élu en septembre dernier, a botté en touche : « la justice doit suivre son cours », a-t-il argué.

Les organisations de défense des droits de l'homme montent au créneau

Pour certains observateurs, l’incident est d’autant plus mal venu que les viols dans les camps de déplacés, souvent du fait d’hommes en armes, sont extrêmement fréquents mais que les victimes terrorisées osent rarement les dénoncer.

De nombreuses organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch, ont appelé le gouvernement à libérer le journaliste et les trois autres personnes détenues dans ce dossier, sans résultat pour l’instant.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.